Pourquoi, est-ce si difficile de changer nos habitudes ?

58
PARTAGES

Mise en garde : l’amélioration de soi , l’apprentissage continu, ou peu importe comment on la nomme, permet d’atteindre des niveaux d’excellence plus élevés. Pour des résultats optimaux, on ne n’y échappe pas!

De tout temps, du moins depuis, que l’être humain transfère son savoir, nous avons pour plusieurs d’entres nous, cherchez à nous améliorer. L’idée de base est de devenir meilleur, non?

Meilleures habitudes, meilleurs esprits, meilleures méthodes, etc. Grâce à la pratique, nous croyions tous que nous pouvons nous améliorer. C’est un peu comme le golf. Plus je pratique, meilleur , je serai.

Shayne Parrish a publié en octobre 2016 dans son infolettre Brain Food, un article au constat intéressant.

Selon lui, le problème avec les méthodes d’autoamélioration, y compris , les méthodes multidisciplinaires qu’il défend est que c’est finalement un piège. Ce n’est qu’une illusion pour la simple raison que les gens ne les mettent pas vraiment en pratique.

Pourquoi alors ces idées ou amélioration ne sont que du vent ou qu’illusion! La raison est sommes toutes simplistes. Pensez-y. La plupart des systèmes, des blogues ou trucs, proposant une nouvelle méthode ou habitude suivent une formule de base qui nous empêche de répéter cesdites méthodes. Perdez du poids sans tracas. Pas de problème. Arrêtez de fumer sans difficulté. Réfléchissez et devenez riche! Améliorez votre condition physique en investissant 15 minutes par jours. Développer des abdos d’enfer en moins de deux semaines. % trucs infaillibles pour votre positionnement web…

Le problème est là. Pour chaque nouvelle habitude ou méthode , on oublie un point essentiel : ce sera difficile, vous vous sentirez parfois bêtes et hésitants et parfois ce sera douloureux.

Vous voulez un exemple? Vous décidez enfin à vous inscrire au gym. Vous vous mettez à suivre un programme d’exercice. Vous êtes motivé et y allez une première fois à fond . Le lendemain , vous vous levez avec des courbatures. Vous avez mal partout. Vous vouliez faire de l’exercice, avoir du plaisir, pas souffrir. Votre objectif seulement perdre quelques kilos et raffermir votre tonus. Que vous dit alors votre corps ? Ouf, c’est trop exigeant, c’est bien plus simple sans faire ces efforts et passer plus de temps entre amis à socialiser autour d’un bon verre de vin.

Donc, on s’empêche de changer. On ne focus pas sur le résultat final et surout sur le pourquoi de notre démarche. Si par exemple, vous avez été témoin d’une personne victime d’un arrêt cardiaque. Souffrir d’avoir quelques muscs atrophiais après un effort au gym ou autres, ne vous ralentira probablement pas. Vous savez pourquoi vous êtes au gym. L’exercice ne vous fera pas peur. Vous chercherez alors les meilleures pratiques. Vous sortirez de votre zone de confort et aurez en tête une vison clair de ce que vous ne voulez pas pour vous. Souffrir D’un arrêt cardiaque pas pour vous. Vous vous voyez comme une personne active , en santé et pleine d’énergie.Vous aurez une vision de vous fort différente..

Donc le comment n’est pas important. C’est le pourquoi. La raison pour laquelle , je m’engage dans un changement.

Il faut pour introduire une nouvelle méthode ou changement, s’assurer que l’on comprenne pourquoi. Ensuite, il faut développer une habitude.

Extrais du livre Les 7 vagues du succès.

Lorsqu’une modification de l’identité survient, c’est souvent parce que la personne sent que son comportement n’est pas adéquat dans un contexte donné. Une foule de raisons peuvent expliquer ce sentiment d’inadéquation : des demandes extérieures qui fluctuent, des événements marquants et impromptus, des envies, des désirs ou des préférences qui se modifient soudainement. Ces modifications peuvent être mineures et presque invisibles lorsqu’elles adviennent, mais elles peuvent tout de même être le déclencheur de changements majeurs dans le comportement d’une personne. C’est pourquoi il est important de se poser de manière régulière cette question : qui suis-je?

*

Nous avons donc l’entière responsabilité face à nos choix et au façonnement de notre identité. Souvent, nous tentons de modifier nos comportements, mais le naturel reprend généralement le dessus assez rapidement. C’est pourquoi il faut apprendre à se connaitre en toute honnêteté et savoir s’adapter en fonction de sa propre identité.

Pour parvenir à modifier un comportement qui nous semble usuel et presque inné, il faut s’exercer, s’exercer et s’exercer encore. Certaines personnes ont réussi à force de petits changements à accomplir de grandes choses. Chez les marathoniens amateurs, par exemple, certains ont commencé par courir 200 mètres pour ensuite marcher un autre 200 mètres. Au fil des jours, ils ont réussi à courir leur premier kilomètre. Les mois ont passé, puis les années. De cinq kilomètres en 10 kilomètres, ils ont fini par s’attaquer au demi-marathon. Puis, un jour, après tout cet entrainement rigoureux, ils en sont venus à affronter leur premier marathon.

Au moment d’écrire ces lignes, j’ai complété mon 14e marathon. J’avais 42 ans lorsque j’ai terminé mon premier. Pourtant, à 36 ans, je ne pouvais pas courir plus de 200 mètres sans me retrouver sans souffle. D’autres personnes autour de moi ont cessé de fumer ou encore éliminé leur surplus de poids sans jamais reprendre la masse perdue. L’on peut changer. Le succès repose sur la persistance dans le temps et au quotidien. Un geste par jour , répéter permet d’accomplir dans le temps des miracles.

Cinq dollars par jour d’économie, procure trente-cinq dollars par semaine. En un an la somme atteindra la somme de 1820.00$ annuellement. Avec cette somme, je peux voyager ou encore poursuivre les économies pour mes vieux jours. Si je commence cette discipline à l’âge de 25 ans, j’aurais accumulé plus de 131 724.90$ à l’âge de 55 ans. J’utilise 5% de rendement annuel dans cet exemple. De plus, j’aurai gagné 75 304,90$ en intérêt seulement. Des petits gestes qui peuvent rapporter gros.

Aristote disait : «Nous sommes ce que nous répétons chaque jour. L’excellence n’est alors plus un acte, mais une habitude».

Ce que nous sommes est le reflet de nos valeurs. Nos valeurs nous représentent et lorsque notre entourage agit contre nos valeurs et que nous acceptons ces situations, nous vivons de la frustration. Cette frustration engendre la démotivation et si l’on persiste dans cette voie, notre propre estime de nous-mêmes s’en trouve atteinte et l’on se sent engagé dans un tunnel ou la lumière s’éteint peu à peu avec l’espoir. À l’opposé, lorsque nous évoluons dans un environnement en accord avec nos valeurs, la motivation et la confiance en soi reprennent le dessus. La connaissance de soi et de ses valeurs est donc essentielle à notre épanouissement. Il faut aussi se réévaluer occasionnellement afin de ne pas perdre le fil avec nous-mêmes.

En conclusion, changer une habitude demande un engagement certain, mais le plus important est le pourquoi. En connaissant le pourquoi, vous ne ressentirez pas la souffrance occasionnée par le changement dans vos habitudes. À force de petits gestes et surtout de la répétition vous réussirez là où la plupart des gens échouent.

Bon succès!


Christian Gagnon

Stanley Conseils

58
PARTAGES
Président de la firme Stanley Conseils, Christian est très impliqué dans le monde socio-communautaire et siège bénévolement sur des CA d’organisme à but non-lucratif.
Stanley Conseils
Stanley ConseilsStanley Conseils a pour but d'aider les entrepreneurs à réaliser leurs objectifs, tout en améliorant leur qualité de vie, grâce au développement stratégique.
En savoir plus