Les patrons toxiques, la plaie au travail

Nous devinons aisément que les patrons toxiques, de par cette seule désignation, empoisonnent l’existence de ceux qu’ils emploient. Vous observerez, dans ce qui suit, que peu importe votre comportement, si votre boss fait partie de cette catégorie d’individu, vous en serez victime. Pour autant, il existe bien des façons de contrer les effets néfastes d’une telle mascarade.

 

Où ce prédateur excelle

Souvent, durant un entretien d’embauche, il apparaît comme un gars inoffensif en jouant la carte sympa du pote pour mieux vous embrouiller. C’est tellement agréable que, naturellement, vous lui confiez quelques anecdotes sur votre vie personnelle dont, bien évidemment, il se servira par la suite. Pour l’instant, il vous jauge et tente de détecter la moindre faille tout en évaluant quelle façon sera la plus à même de vous entourlouper. C’est un manipulateur né!

Quel est son objectif

La domination est le mot qui convient le mieux. C’est le boss, mais ça ne lui suffit pas. Il a un besoin impératif de tout contrôler. Ajoutez à cela que si vous lui en donnez l’occasion, il fera de vous sa cible favorite, et le tableau se complète au fur et à mesure. N’essayez pas d’obtenir ses faveurs, vous ne ferez que le conforter dans le fait que vous êtes quelqu’un de faible qui ne mérite que son mépris.

Ses proies préférées

S’il peut vous prendre en défaut — au besoin, en faisant en sorte de vous pousser à l’erreur —, cela lui procura de la jouissance. Un individu respectueux, gentil, voire limite complexé fait son bonheur; c’est la proie rêvée sur laquelle il aime s’acharner. Ceux ou celles qui passent outre sur ses reproches injustifiés n’obtiennent pas ses grâces. En général, il fait rapidement en sorte de s’en séparer. Au besoin, il tentera de discréditer quiconque osera le défier aux yeux de qui voudra l’écouter.

Qu’en retire-t-il

C’est un besoin viscéral chez ce type de malade, car ne vous y trompez pas, son comportement est pathologique. Généralement, c’est quelqu’un qui souffre d’un complexe d’infériorité — inconscient, bien entendu —, un sentiment qu’il tente de masquer derrière le rôle de celui qui a toujours raison. Quoi que vous disiez ou fassiez, vous ne pouvez être dans le vrai à son détriment, donc vous avez obligatoirement tort. Dans la mesure où il lui est impensable de se remettre en question, autant, comme on dit, parler à un mur!

Ce qui le motive

Si vous faites partie des gens bien dans leur peau, en principe, vous ne ferez pas partie de son équipe. Seuls ceux qu’il pourra manipuler à sa guise méritent d’intégrer sa cour. C’est que là, on dépasse largement le domaine des compétences. Pour lui, tout est question de rivalité, de domination. Rentrez dans son jeu et vous n’en obtiendrez que plus de mépris, une raison supplémentaire pour lui de vous pousser plus avant à la faute.

Attention, danger

Patrons toxiques - Collant du style danger mentionnant d'arrêter

Les risques sont grands. Parfois, c’est un peu l’équivalent du harcèlement, sauf que là, tout se joue sous une fausse apparence de paternalisme. Enfin, ce n’est pas sa faute si vous ne comprenez rien, qu’à tout bout de champ il doive vous rappeler à l’ordre, c’est même fatigant pour lui… imaginez un peu! Ce comportement est pervers, car votre patron est intimement persuadé que vous n’êtes rien qu’un ou une ingrate et qu’il n’aurait jamais dû vous faire confiance. Limite, il est à plaindre.

Vous risquez gros

Ces comportements déviants peuvent vous entraîner dans un mal-être parfois indéfinissable, que vous ne parvenez pas à cerner, et pour cause! Car sous des dehors affables la plupart du temps, se cache un loup qui n’attend que la première occasion pour avoir votre peau. Au mieux, vous ne serez pas à l’aise dans vos fonctions, voire vous ferez une dépression ou, au pire, vous commettrez l’irréparable en vous suicidant. N’imaginez surtout pas que seuls les autres sont concernés!

Si vous craquez

Ça ne fera que le conforter dans le fait que vous n’êtes pas à la hauteur, un ou une faible à qui il n’aurait jamais dû accorder sa chance. Quand bien même le but est de vous voir vous effondrer, sa déception peut être réelle. Ce genre d’individu ne comprend pas ce qui le dépasse. Chez lui, il n’existe aucune empathie. N’imaginez pas un seul instant qu’il puisse se mettre à votre place. Vous pouvez cependant lui échapper en démissionnant ou en portant l’affaire devant l’inspection du travail.

S’il y a donc un service à vous rendre, c’est de vous conseiller de partir à tout prix! Qu’importe si le travail en lui-même vous convient, qu’il est bien rémunéré, etc. Ce que vous perdrez d’un côté sera largement compensé par ce que vous y gagnerez niveau confort. Faites-en l’expérience et, rapidement, votre pensée sera du style : «Mais comment ai-je fait pour supporter ça!». Car après avoir glissé sur cette pente savonneuse, vous relever demandera beaucoup de courage et un environnement salutaire.


Crédit photo à la une: LoboStudio Hamburg
Crédit 2e photo: Markys Spiske

Thierry Zibi

Thierry a étudié l’hypnose et la PNL, ainsi que les changements de croyances, il est coach accrédité par RITMA et ICF. Depuis 2016, il a une pratique privée à Montréal dans laquelle il aide ses clients à se changer pour avoir plus de puissance et être la meilleure version d’eux-mêmes afin d’avoir plus de succès dans leur vie et dans leurs affaires. Sa mission de vie : celle de transformer le plus de vies possible. Thierry est un entrepreneur depuis 2006. Il a fondé une entreprise en France dans le domaine de la relocalisation et une autre à Montréal dans l’aéronautique.


Thierry Zibi, thérapeute — Revivre après un parent ou partenaire toxique

Thierry Zibi, thérapeute — Revivre après un parent ou partenaire toxique propose aux gens d’affaires des services de coaching et de formation pour les transformer de l’intérieur afin qu’ils aient plus de puissance pour accomplir au mieux leur projet de vie. Nous utilisons des techniques efficaces et pratiques comme la PNL, l’hypnose, ainsi que les changements de croyances afin de transformer ce qui est perçu comme une faiblesse en force


Laisser un commentaire