Faut-il toujours croire en son mental?

Mon mental m’indique: « C’est la faute du corps si tu as mal au dos, c’est la faute de ton inconscient qui stocke les croyances, c’est la faute de ton père, de ta mère, de la compétition, des clients pas assez motivés pour changer, etc. ». Est-ce que notre souffrance provient du fait que nous croyons tout ce que dit notre mental?

 

Ça risque de ne pas marcher

D’abord, j’ai remarqué que mon mental a peur de l’inconnu. Dès que je souhaite entreprendre quelque chose débouchant sur un résultat inconnu, mon mental s’active: «Fais attention, ça peut être trop, tu ne sais pas ce que ça va donner, c’est un risque, ça peut mal tourner, etc.». Mon mental démarre au quart de tour, depuis des dizaines d’années, dès qu’il s’agit d’un résultat inconnu, même si cet inconnu n’est pas dangereux.

Je peux me débrouiller tout seul

Ensuite, je me suis aperçu que mon mental me jouait un autre tour: j’ai du mal à demander de l’aide, même payante. Par exemple, quand je veux aller voir un coach pour m’aider ou un consultant de réseaux sociaux, mon mental me répète toujours la même chose: « En as-tu vraiment besoin? C’est sans doute de l’argent dépensé pour rien! Il est peut-être incompétent… Tu peux te débrouiller tout seul, tu en sais peut-être plus… ».

Et pourtant, je suis thérapeute. J’aide les gens, mais j’éprouve de la résistance à solliciter de l’aide. Beau paradoxe, ne trouvez-vous pas?

Je n’ai pas de temps pour ça

Un troisième programme qui trompe mon cerveau est celui qui dit: « Je n’ai pas le temps ». Par exemple, j’ai envie de téléphoner à un ami, mais la première pensée qui surgit est: «Tu n’as pas de temps pour ça». Ou encore, j’ai envie de faire un peu de sport, mais la pensée revient: « Tu n’as pas le temps, tu dois terminer l’article ». J’ai envie d’aller au mont Saint-Hilaire, en forêt, mais tout de suite, mon mental réplique: « Oh! Tu n’as pas le temps, ça prend une grosse demi-journée! Tu vas manquer une demi-journée de travail! Regarde tout ce que tu as à faire… ».

Je n’ai rien foutu de la journée

Mental - Personne cachée sous les couvertes qui laisse sortir un bras

Et le comble: en fin de journée, quand je n’ai pas accompli tout ce que j’avais prévu de faire, une pensée remonte: « Tu n’as rien fait de ta journée, tu as perdu toute une journée! ».

Mon mental est vraiment très dur avec moi. Le pire est que je l’ai toujours cru quand il me martelait de toutes ces phrases. J’avais la croyance que mon mental avait toujours raison, qu’il était là pour m’aider. La vérité, c’est que, parfois, il a raison et, d’autres fois, il a tort et me nuit!

Que croire, si ce n’est pas mon mental?

Mental - Femme dans le noir avec une main sur le visage

De là, deux choix se présentent à moi: soit je crois tout ce que mon mental me dit, soit je décide de ne pas le croire, de ne pas suivre certains de ses «conseils», de ne pas donner de valeur à certaines pensées. Sauf que cela me met mal à l’aise d’ignorer mon mental. J’ai placé tellement de confiance en lui que de ne pas le croire, de ne pas le suivre me déstabilise. Si je ne crois pas en lui, que vais-je croire?

En ce qui me concerne, j’ai choisi de faire confiance à la petite voix qui me dit: « Va en forêt à Saint-Hilaire », « Demande l’aide d’un expert en réseaux sociaux », « Construis une équipe de gens doués autour de toi », « Rayonne plus et mets ta face plus souvent sur les réseaux sociaux », « Prend plus de risques, sois plus authentique », « Augmente tes prix, tu vaux plus que 80 $/h », « Va au Japon, même si le voyage coûte cher », « Fais plus de sport », etc. Est-ce que cette voix est ma conscience, mon intention, ma volonté, mon âme ou la partie de moi qui sait et qui me pousse vers la bonne direction? Je n’en suis pas sûr. Par contre, je ressens toujours cette partie en moi qui bouillonne, qui m’entraîne à faire certaines choses qui me nuisent. J’ai envie de changer ma façon de penser et d’agir, de transformer ma vision de moi-même et des autres, de changer mon mode de vie pour évoluer, être plus heureux, calme et en paix. Malheureusement, mon mental est loin d’être un allié fidèle sur mon chemin de lumière, même s’il se présente comme la meilleure option!

Tous les programmes ne sont pas bons

Nous avons un cerveau constitué de cellules (neurones). Je le compare à un ordinateur.

Sans programme, un ordinateur est inutile. De même, un mental complètement vide est ce qu’on appelle vulgairement un « légume ». Nous installons des programmes dans notre cerveau, un peu comme des logiciels dans un ordinateur. Certains logiciels fonctionnent bien, d’autres boguent de temps en temps et d’autres sont, tout simplement, des virus nuisibles. Ainsi, nous faisons confiance et nous utilisons les bons programmes tandis que nous nous méfions de ceux qui boguent en sauvegardant notre travail plus souvent, par exemple, et nous évitons d’installer les virus.

Nous retrouvons le même schéma dans notre cerveau: de bons programmes qui nous propulsent vers l’avant, des programmes « moyens » et d’autres programmes vraiment néfastes qui nous font souffrir. Nos programmes viennent de notre éducation, de nos parents, de la société, de nos profs, de nos amis, etc. Si vous avez eu la chance d’avoir des parents optimistes, calmes, encourageants, respectueux, qui avaient confiance en vous et qui vous ont appuyé dans votre cheminement, vous avez reçu de nombreux programmes positifs. Si vous avez grandi avec un parent toxique, contrôleur, manipulateur, critique, rabaissant, agressif et qui vous a coupé les ailes, vous avez reçu, tout comme moi, un paquet de programmes négatifs.

Nos antivirus

Sur notre ordinateur nous avons un antivirus, et nous avons, en nous, une conscience, une intuition, une partie qui perçoit la vérité. Celle-ci agit comme un antivirus: elle nous montre les programmes qui nous font souffrir. Elle nous fait, par exemple, remarquer que:

  • chaque fois que nous avons une relation amoureuse, c’est avec une personne toxique;
  • chaque fois que nous souhaitons aborder un inconnu, nous avons peur;
  • nous procrastinons par rapport à cette situation;
  • nous disons toujours « oui » quand nos parents nous demandent quelque chose;
  • nous avons toujours la même pensée, avec la même charge émotionnelle, lors d’une situation particulière.

Ces programmes négatifs sont rigides et contrôleurs. Ils vous persuadent que vous n’avez pas d’autres alternatives. Ils vous confinent dans une manière de penser et dans un comportement. En gros, ils vous privent de votre liberté.

Mental - Papillon et cocons

Comment changer?

La première étape est de prendre conscience des programmes négatifs que vous avez reçus et intériorisés. Comme on dit: « La vérité vous affranchira ». En toute conscience, enquêtez sur votre passé et sur votre présent et listez les programmes qui vous nuisent.

La deuxième étape est de réaliser que ce programme n’est pas vous. Vous avez reçu ce programme très certainement de vos parents et vous l’avez intériorisé. Vous avez le droit de le refuser, de ne plus l’utiliser, un peu comme un logiciel qui fonctionne mal. Vous pouvez décider d’installer un autre programme, de ne pas suivre cette pensée, cette instruction qui vous a été donnée par votre mental et, simplement, de faire autre chose. Vous avez votre libre arbitre! Posez-vous la question suivante: est-ce que j’ai envie de garder ce programme?

La troisième étape est de se poser la question suivante: que m’arriverait-il VRAIMENT si je n’exécutais pas ce programme? Même si le mental vous dit que vous trahissez quelqu’un ou votre religion ou vos principes, en réalité, la réponse sera souvent : « il m’arriverait du positif » ou «pas grand-chose».

La quatrième étape est de se transformer. Remplacez l’ancien programme par un nouveau qui vous aidera à avancer sur votre chemin de lumière grâce à l’hypnose, à l’EFT, à la PNL et autres techniques pour reprogrammer votre cerveau.

Femme ouvrant les bras vers le ciel

La question que j’ai pour vous: « Est-ce que c’est votre mental qui vous contrôle ou est-ce vous qui contrôlez votre mental? »


Crédit photo à la une: Nathan Dumlao
Crédit 2e photo: elizabeth lies
Crédit 3e photo: niklas_hamann
Crédit 4e photo: Suzanne D. Williams
Crédit 5e photo: Fernando Brasil

Thierry Zibi

Votre guide pour sortir grandi d’une relation toxique. Thierry Zibi a grandi dans une famille dysfonctionnelle et il était une personne toxique et codépendante avant de faire un travail de 10 ans sur lui-même pour se transformer. Il est diplômé d'un M.B.A. et possède des formations certifiées en PNL, Hypnose, TRE et Libérations des traumas. Il est accrédité par l’I.C.F. et RITMA.


Thierry Zibi, thérapeute — Revivre après un parent ou partenaire toxique

Thierry Zibi, votre guide pour sortir grandi d'une relation toxique.
Ma vision: transformer la souffrance causée par une personne toxique en énergie pour se libérer, grandir et rayonner.


Laisser un commentaireAnnuler la réponse