Accueil Entreprendre « Y’a-tu kekun pour me parler ? »

« Y’a-tu kekun pour me parler ? »

J’emprunte les paroles de Serge Fiori (Le monde est virtuel) pour vous causer de la solitude numérique et de comment, parfois, pour créer des liens, il suffit de presque rien…

C’est un soir tranquille dans un bar d’hôtel, la veille d’une conférence. Accoudée au long comptoir, je sirote un verre de vin et grignote une salade tout en révisant les notes de ma conférence L’Entreprise Tribu. Le lendemain, je parlerai du sentiment d’appartenance et de l’importance de créer des liens dans un congrès en ressources humaines.

Je cogite sur le manque de communication, sur les silos dans les organisations, sur les p’tits nouveaux qu’on gagnerait à mieux accueillir, sur les collègues qu’on ne connaît pas vraiment et sur le « chacun-pour-soi » virtuel. J’en ai d’ailleurs l’illustration parfaite autour de moi : le long du bar en U, les cellulaires pianotent à qui mieux mieux. Tout le monde est sur son cell, la tête baissée. La toune de Fiori joue en boucle dans ma tête : Chacun dans ses bebelles, chacun tout seul sur son cell/Tout seul, tout le monde est tout seul/Parti, tout le monde est parti/Si loin, tout le monde est si loin/J’m’ennuie… j’m’ennuie…

Puis, une idée saugrenue monte (la faute au Chardonnay !). Étant dotée d’une fibre sociale assez musclée, je décide de fabriquer une anecdote pour ma conférence. Allons-y pour une expérience de (re)connexion. J’ose lancer à voix haute un tonitruant « Y a quelqu’un qui a envie de parler ? », quitte à avoir l’air folle. J’assume. Étonnement autour du bar, léger malaise, puis, un monsieur âgé face à moi répond : « Oui, moi, je suis tanné d’être seul ! » Je traverse de son côté, assiette et verre en main. Les inconnus qui bientôt ne le sont plus se joignent à la conversation. Nous voilà une dizaine à refaire le monde !

Créer des liens, ça commence par un regard souriant

Cette expérience, je l’ai renouvelée à plusieurs reprises dans d’autres bars et restos, dans un autobus, un avion, un hôtel tout-inclus, au marché, à la pharmacie, dans mon nouveau quartier où je suis allée porter une carte de vœux des Fêtes à mes nouveaux voisins pour me présenter. Je me souviens d’une époque où certains dépanneurs affichaient près de la caisse un poème appelé Un sourire ne coûte rien. En fait, il ne coûte qu’une p’tite gêne à fracasser. Et je sais de quoi je parle : vous lisez le texte d’une ancienne (très) grande timide !

Y'a_Tu_Kekun_Pour_Me_Parler_2

Crédit photo: Matthieu Comoy

Puisque j’ai eu à dompter ce dragon pour m’ouvrir aux autres, j’en ai fait un métier : créatrice_de_liens. C’est la signature qui apparaissait sur la carte professionnelle de mon ancienne entreprise, Concerta Communications, dont j’ai célébré les funérailles en novembre dernier. J’ai toutefois gardé cette mission.

Depuis quelques années, je choisis donc de m’investir dans des projets qui créent des liens, par exemple, Voisins solidaires : les bons côtés d’être à côté, et la Fête des voisins au travail, pour apprendre à mieux connaître nos collègues. Ainsi, grâce à la technologie, nous créons des liens avec des amis Facebook du monde entier, mais connaît-on les gens d’à côté, ceux avec qui on partage un code postal, un cubicule ou un trajet quotidien en train ?

À l’inverse, la technologie peut nous mettre en contact avec ce que j’appelle des « tribus temporaires » : des gens qui ont déjà vécu la même chose que nous et qui peuvent nous aider à « faire le pont ». C’est dans cet esprit que je nourris le projet Prochaine étape.

Bref, les connexions, ça m’allume. Alors, c’est vous dire mon enthousiasme lorsque j’ai lu que le Royaume-Uni créait un ministère de la Solitude !

Créateurs_de_liens recherchés

D’ici à ce qu’une telle initiative prenne racine au Québec, que diriez-vous de devenir, vous aussi, un créateur_de_liens ? Sur notre page Facebook, nous présenterons des projets intergénérationnels et interculturels, des initiatives de rapprochement entre des gens différents et des entreprises engagées socialement. Ce que nous voulons démontrer, preuves à l’appui, est que de créer des liens, c’est bon pour notre santé, celle du cœur et de l’esprit, et pour notre communauté.

Voici déjà quelques faits probants et statistiques éloquentes :

Y'a_Tu_Kekun_Pour_Me_Parler_3

Crédit photo: Jon Tyson
  • Saviez-vous que les gens bien entourés sont en meilleure santé physique et mentale ? C’est ce que confirme une très sérieuse étude scientifique réalisée auprès de 2 000 vrais jumeaux : ceux qui tissent des liens forts dans leur communauté se disent en meilleure santé.
  • Dans le livre Vieillir sans perdre la tête (Guy Saint-Jean Éditeur), l’auteur John Medina raconte que les personnes âgées aux prises avec la solitude courent 45 % plus de risques de mourir tôt par rapport à celles qui sont actives sur le plan social.
  • Dans un article paru dans Le Devoir, on raconte qu’une « méta-analyse effectuée en 2015 de 148 études réalisées sur plus de 300 000 personnes a définitivement hissé l’isolement dans le lot des facteurs de risque “potentiellement mortels.” » L’étude conclut que le déficit amical serait aussi toxique pour l’être humain que le tabagisme ou l’alcoolisme. Pire, vivre isolé serait plus dommageable pour la santé que le manque d’activité physique ou l’obésité !
  • Bref, les études prouvent que « l’interaction sociale est la pierre angulaire de l’espérance de vie et a plus d’impact sur la santé que la génétique, l’argent, le type d’emploi ou même le taux de cholestérol », affirme le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie. […] « Les études réalisées sur les “zones” où vivent le plus de centenaires dans le monde démontrent que ces personnes sont souvent très bien entourées. C’est le cas à Okinawa, au Japon, où une tradition ancestrale oblige les femmes âgées à rencontrer cinq amies par jour. Ces habitudes de vie, combinées à d’autres, ont un impact majeur sur l’espérance de vie », dit-il.

Convaincus de l’importance de créer des liens ? Voici le premier geste : créer un lien… avec nous ! 😉

Chantal Dauray, créatrice_de_liens

Crédit photo à la une: Phil Coffman
Créatrice de liens, auteure, storyteller et conférencière (L'Entreprise Tribu), Chantal Dauray est reconnue pour sa plume colorée et ses idées originales.