La culture d’entreprise s’invite à Stratégies PME avec les conférences de Happy Culture

La firme Happy Culture sera de la 9e édition de Stratégies PME les 17 et 18 novembre prochains pour présenter non pas une, mais deux conférences sur la culture d’entreprise.
En plus d’aborder deux sujets principaux lors de ses présentations — les mauvais réflexes des dirigeants et l’augmentation des salaires en période de pénurie de main-d’œuvre —, l’entreprise cofondée par Pier-Luc Bordeleau soulèvera de nombreux points sur le bien-être au travail.
Place à la satisfaction des employés!

Trois quarts: la culture d’entreprise en fraction

Basée à Drummondville, l’équipe de Happy Culture se spécialise, comme une partie de son nom l’indique, dans la culture d’entreprise, mais aussi, dans la recherche de l’équilibre et du bien-être pour les salariés.

C’est d’ailleurs la première chose dont nous parle Pier-Luc Bordeleau de l’entrevue.

«Il y a 75% de la culture d’entreprise qui repose sur de mauvais ou bons réflexes des dirigeants. Je parle ici des gestionnaires, des supérieurs directs et de qui les gens relèvent. Est-ce que ces personnes-là ont compris qu’en 2021, on ne peut plus faire les choses comme avant?»

Avec sa première conférence intitulée «Nuire à votre entreprise: connaissez-vous vos mauvais réflexes de dirigeant?», M. Bordeleau s’adressera directement aux preneurs de décisions.

«Le 75% est très important parce que si on veut se l’avouer, ce pourcentage se base sur les bons réflexes de connexion, d’entretien et de lien avec le gestionnaire ou le supérieur immédiat. Dans le 25% qu’il reste, il y a les tâches, le côté social et sympathique, et le salaire», ajoute-t-il.

Happy Culture | Une partie de l'équipe de Happy Culture

Il va sans dire qu’aider les PME à mettre en place une culture d’entreprise saine, qui agit comme levier de performance humain, est la raison d’être principale de Happy Culture, mais aussi des deux conférences à Stratégies PME.

Cette première présentation guidera les dirigeants sur les chemins à emprunter pour améliorer et humaniser leur culture d’entreprise afin qu’ils deviennent éventuellement des «gestionnaires prédictifs», comme l’explique le cofondateur de Happy Culture.

«C’est comme si ces gestionnaires ont compris qu’un employé stagne depuis un bout et qu’ils doivent l’amener ailleurs parce qu’il a besoin de défis et de quelque chose de plus.»

La question monétaire

La firme québécoise a également une antenne dans l’est de la France, à Annecy plus précisément, pour cultiver davantage de bonnes conditions de travail en entreprise. Avec ces paires d’yeux dispersées sur deux fuseaux horaires, il est bien d’avoir un regard neuf sur la pénurie de main-d’œuvre actuelle et les solutions à employer.

«Les gens ne sont pas justes à la recherche d’un salaire : ils sont à la recherche de conditions de travail et de connexions dans une communauté. C’est là-dessus qu’il faut miser», répond d’entrée de jeu le générateur d’expérience lorsqu’on discute de la question du salaire.

La deuxième conférence, qui portera sur la rémunération en ce moment de pénurie de personnels, visera donc à trouver une réponse à la grande question : doit-on augmenter les salaires?

«Actuellement, pour l’employé, ce n’est pas une pénurie de main-d’œuvre, c’est le plein emploi. Rendu là, à salaire égal, pourquoi choisirait-il ton entreprise ?», raconte-t-il. «La lecture que j’ai de bien des salariés à date, c’est qu’ils ont tellement de choix qu’ils souhaitent prendre le temps d’aller au bon endroit. Ce n’est plus une question de salaire. Et pour ceux que c’est une question de salaire, j’entends bien des entrepreneurs qui ne les veulent pas.»

En adressant cette question et les interrogations qui en découlent directement aux gestionnaires d’entreprises, Pier-Luc Bordeleau apportera un éclairage nouveau sur les différentes avenues qui s’offrent aux PME pour créer de la rétention, mais aussi une culture enviable.

«Est-ce qu’on a pris le temps de savoir qui on est chez nous? Quelle est notre personnalité corporative? Avec ses qualités et ses défauts. On l’assure et on attire les bonnes personnes.», conclut-il.

À propos de Happy Culture

Happy Culture | Image avec un filtre jaune inscrite "Créateur de culture d'entreprise

La firme Happy Culture a été fondée en 2019 par Martin Delarosbil et Pier-Luc Bordeleau, deux amis et partenaires professionnels. Depuis, l’équipe s’est agrandie avec une douzaine de joueurs.

Le concept d’une Happy Culture est né lorsque Martin Delarosbil était à la tête de l’entreprise La Recharge.ca et qu’il a choisi de remédier à une culture d’entreprise décroissante.

En s’investissant corps et âme pour mieux comprendre la réalité de leurs employés et trouver des solutions pour amener une énergie positive au bureau, ils sont devenus des passionnés de la culture d’entreprise et ont décidé d’en faire profiter aux autres.

Conférences de Happy Culture

Nuire à votre entreprise: connaissez-vous vos mauvais réflexes de dirigeant?

Le mercredi 17 novembre à 16h20

Affronter la pénurie de main-d’œuvre: devrez-vous absolument augmenter les salaires?

Le jeudi 18 novembre à 14h50

À propos de Stratégies PME

La 9e édition de Stratégies PME aura lieu au Palais des Congrès de Montréal les 17 et 18 novembre avec, au menu, 130 conférences présentées par des experts issus de différentes industries.

Les dirigeants, gestionnaires et présidents de PME sont invités à partager leur expérience et leur savoir en plus de faire du réseautage.


Crédits photos: Happy Culture

Marie Vignola

Animée par une volonté de toujours en savoir plus à propos des communications, Marie Vignola a fait ses classes au Cégep de Jonquière en journalisme. Elle a ensuite migré vers Montréal pour compléter un certificat en communication à l’UQAM. Marie occupe le poste de coordonnatrice de contenu numérique chez Reptile et coordonne également la plateforme LIME.


Reptile

Reptile se présente comme un complice d’affaires stratégique. L’entreprise désire révolutionner le marché en définissant de nouvelles normes d’accompagnement et de solution numériques.


Laisser un commentaire