Accueil Créativité L’art de se poser des questions

L’art de se poser des questions

Je crois que c’est l’aspect le plus difficile à saisir lorsque mes clients font face à une problématique quelconque : savoir comment se poser les bonnes questions afin de résoudre adéquatement le problème avec des solutions nouvelles. L’essence même de la créativité, c’est justement ça ; utiliser un ensemble de ses propres compétences intellectuelles définissant la capacité à produire des solutions originales et efficaces à un problème préalablement bien cerné.

Mais avant de nous poser les questions, j’ai toujours tendance à vouloir vérifier que le problème n’est pas fabulé. C’est-à-dire que nous travaillons sur un problème bien formulé et que son énoncé est correctement exprimé, car c’est notre point de départ et la base même du processus de recherche de solutions admissibles pour le régler.

femme

La problématisation

 La créativité est définie aussi comme un art de se poser des problèmes et de leur proposer des solutions. Nous parlons de genèse de la problématisation qui est un processus qui consiste à mettre à jour une difficulté fondamentale ou un objet de controverse. Il s’agit de saisir la source et de l’identifier, puis d’énoncer les enjeux du problème. Comment ce problème est-il né ? Quelle forme a-t-il prise dans l’histoire et quelles ont été les solutions provisoires proposées ?

Il s’agit ici de saisir le cœur du problème pour en dénouer l’impasse. À ce moment-là pourra s’amorcer une réflexion et déclencher le processus de questionnement pour en surmonter l’inconfort. Apprendre à se laisser séduire par le questionnement afin d’éviter la résistance à la manière de le résoudre ce « provlima », en grec, qui signifie « jeter devant », ici, un obstacle que l’on rencontre et sur lequel nous bloquons. Il s’agit donc de cette force en opposition à nos projets, à nos intentions et au déroulement de notre vie au quotidien.

Le « problème » devra être mis à jour pour en saisir la gravité afin de ne pas mobiliser des efforts et des énergies sur les conséquences qui ne portent pas préjudice grave à, disons, un bon fonctionnement d’une chaine de montage.

Si vous avez oublié vos clés dans votre voiture, il est clair que cela vous cause un inconvénient, certes, mais ce n’est pas majeur. Par contre, si vous oubliez vos clés dans votre voiture qui est en marche et dont les portes se sont verrouillées pendant que vous sortiez votre poussette du coffre arrière, et que votre enfant est dans son siège de voiture à 30 degrés, nous avons ici une urgence majeure ! Vous voyez ce que je veux dire ?

Quel que soit le problème à solutionner, vous serez d’accord avec moi que celui-ci mérite notre attention lorsqu’il met en péril le bon fonctionnement de votre entreprise, empêche des équipes d’avancer dans l’exécution de leur travail, etc.

Einstein disait : « Si j’avais une heure pour sauver le monde, je consacrerais 55 minutes pour définir le problème et 5 minutes pour trouver la solution ». Cela nous démontre l’importance de prendre son temps pour améliorer notre compréhension du problème avant même de vouloir le résoudre.

Définition d’un problème

D’entrée de jeu, je voudrais vous introduire au mot « affect ». « L’affect est l’état d’esprit correspondant à la manifestation des émotions, des sentiments, de la motivation. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affect

Pour moi, il est essentiel que lorsque nous travaillons sur la définition d’un problème afin d’y trouver des solutions durables, la condition première soit une considération face à l’état d’esprit, l’AFFECT des gens. Les membres du groupe n’exprimeront peut-être pas en termes très limpides le climat, ou encore ceux-ci ne dévoileront pas leurs émotions et leurs motivations lors des activités concernant la résolution du problème… Il faudra néanmoins réussir à interpréter les tensions du groupe et les décoder pour pouvoir passer à autre chose. Agir afin de créer un climat propice pour en diminuer les tensions, le cas échéant.

Le problème

Il existe, chez les auteurs sur la créativité, des stratégies pour s’exercer à mieux saisir les problèmes et à les voir sous des aspects nouveaux afin de maitriser le plus important pour les résoudre.

Voici en bref quelques pistes pour bien mener et cerner un problème :

ampoule

Reformulez le problème

Il y a une différence entre « trouver des moyens d’augmenter la productivité » et « des moyens pour faciliter le travail ».

Remplacez les mots sans créer un sentiment négatif. Le problème demeure entier, mais son approche plus ouverte permettra aux solutions d’être mieux accueillies.

Défiez les hypothèses

Débarrassez-vous de mauvaises suppositions. Testez, validez, défiez les hypothèses pour plus de clarté au problème posé.

Morcelez

Ne laissez pas les détails vous submerger, voyez le problème de façon plus générale et posez-vous les questions suivantes : « De quoi ce problème fait-il partie ? », « Quelles sont les intentions ? »

Fragmentez

Chaque problème est peut-être composé de petits problèmes. Décomposez-le en plusieurs fragments si le problème est « gros ». Cela permettra de mieux le préciser.

Regardez les différents points de vue

Un vendeur regarde le problème du point de vue du client… Que dirait notre concurrent ? Les employés ? Un prof d’université ?

Utilisez un langage clair

L’énoncé doit avoir des aspects positifs comme : « De quelle façon pourrions-nous faire… ? » Et non pas : « Pourquoi ne pas faire en sorte que… ? »

Phase des solutions… Les idées d’abord.

J’aime beaucoup le modèle d’idéation de Wallis. Ce modèle décompose le processus en quatre phases distinctes :

Préparation

Étape pendant laquelle le problème est défini précisément. C’est essentiellement une étape logique, mais une étape indispensable pour la compréhension du problème.

Incubation

On cogite, le but de cette phase est de se laisser pénétrer par le problème. Plus exactement, on laisse la partie droite du cerveau s’exciter sur le problème. C’est l’étape préliminaire à la création proprement dite des idées. Il faut que le problème soit emmagasiné par le côté droit. Cette phase dépend énormément de la complexité du problème. Il se peut même que pour des problèmes assez complexes celle-ci soit impossible et le cerveau n’emmagasinera dès lors qu’une partie du problème.

Illumination

C’est la phase de divergence. La partie droite du cerveau va générer des idées dans toutes les directions. Cette phase est fortement dépendante des deux étapes précédentes. Toutes les idées seront générées sur base de la compréhension (phase 2) du problème (phase 1). Les idées sont mises, sans aucun contrôle de leur logique.

On comprend dès lors que les méthodes de créativité ne devront pas seulement favoriser cette phase-ci directement. En fait, développer les deux premières phases améliore cette étape-ci naturellement.

Vérification

Cette phase valide les idées générées en phase d’illumination. Elle les compare avec les schémas logiques provenant de notre éducation. Le principe des méthodes de créativité sera de suspendre cette phase pour éviter qu’une idée originale soit évincée pour une question d’éducation, d’habitude… !

Le mode de pensée créatif peut être divisé en deux parties :

  • La pensée divergente : habileté intellectuelle à penser à des idées originales, diverses et élaborées.
  • La pensée convergente : habileté intellectuelle à évaluer de manière logique, à critiquer et à choisir la meilleure idée parmi toute une sélection d’idées

Créativement vôtre.

Ginette Larose, possède une vaste expérience auprès de gens provenant d’univers très différents. L’entreprise, de coaching et de consultation, «Imagine l’Inspiration» fût fondée en 2012 par Ginette (Gi) Larose, Master coach en créativité. Elle base sa pratique auprès d’entreprises ou d’individus désireux de faire des changements en exploitant leur plein potentiel à EXPLORER, à S’EXPOSER et à EXPÉRIMENTER.
imagine inspiration logo
Imagine l’InspirationPour mieux ORGANISER, PLANIFIER et faire une bonne GESTION, une gamme d’outils créatifs et adaptés à leurs besoins, afin d’aider la recherche de solutions aux problèmes, de rendre le travail plus efficace et plus productif, ainsi que d’améliorer la qualité et la satisfaction. Les valeurs et la mission de l’entreprise reposent sur l’engagement de Ginette envers ses clients afin de les accompagner et de les inspirer à engendrer des améliorations constantes et graduelles dans tous les aspects de leur vie et à prendre conscience de l’ampleur de leurs capacités au quotidien !
En savoir plus