Comment être maman m’a amenée à devenir entrepreneure

maman

Je me souviens de la première fois où je me suis retrouvée seule avec mon bébé naissant. Tout à coup, j’ai réalisé que j’étais responsable de cette petite personne 24/7 pour au moins les 18 prochaines années. Et tout à coup, je ne me sentais pas du tout à la hauteur face à l’ampleur de cette responsabilité. Mais faut assumer! Je n’ai pas eu le choix de plonger dans cette aventure, avec ses hauts et ses bas. J’ai beaucoup appris sur moi dans cette première année; que j’étais plus patiente que je ne le pensais, que je n’avais pas besoin d’autant de sommeil que je le pensais et surtout, que j’avais réussi à bien m’occuper de cette petite personne au quotidien. Mon fils grandissait grâce à l’amour et à l’attention que je lui avais donné. À partir de ce moment, plus rien dans ce monde ne me faisait peur!

Puis, il y a eu le retour au travail après le congé de maternité…Tout avait changé pendant mon absence, et pas pour le mieux! J’étouffais dans mes nouvelles tâches, j’étais malheureuse quand je rentrais à la maison. Et ça me rendait encore plus malheureuse d’être malheureuse avec mon fils…bref, il fallait que je change quelque chose. J’ai donc beaucoup réfléchi à ce que j’aimais, à ce qui me passionnait et à ce que j’avais envie de faire pendant la journée qui ferait en sorte que je sois à mon meilleur lorsque j’irais chercher mon fils à la garderie. Ce qui ferait que je serais en mesure de passer du temps de qualité avec lui, car j’aurais été satisfaite de ce que j’aurais accompli dans les 9 heures que je passais à ne pas être seulement sa maman, mais aussi une femme et une adulte.

C’est comme ça que j’ai commencé à rédiger mon plan d’affaires et à penser à mon concept d’entreprise. Et comme concevoir et mettre au monde un enfant, le cheminement pour lancer une entreprise est difficile et effrayant par moments. Convaincre les gens de la viabilité, de l’utilité de ce qu’on propose et aller chercher le financement nécessaire en aurait découragé plus d’un. Mais j’étais maman, plus rien ne me faisait peur!

J’ai même profité de mon deuxième congé de maternité pour finaliser les derniers éléments afin de pouvoir lancer l’entreprise et ne pas avoir à retourner à mon ancien boulot. Et ça a fonctionné! Je crois que quand on veut vraiment quelque chose, de plus profond de ses tripes, tout se met en place pour qu’on y arrive. Et maintenant, un an plus tard, je me rends compte que c’est la meilleure décision que j’aurais pu prendre. Tout comme être maman demande de l’énergie et des sacrifices, être chef de son entreprise est exigeant. Mais les 2 rôles que je joue au quotidien m’apportent énormément de satisfaction et me valorisent en tant que femme et maman. J’ai l’impression d’être une meilleure travailleuse, une meilleure mère et une meilleure blonde aussi, car dans chaque sphère de ma vie, je peux enfin être la meilleure version de moi-même!

Catherine Clusiau
Maman de Milan et Estelle – Fondatrice de Mekar cosmétiques –  Collaboratrice BOHOS