Accueil Entreprendre Ergonofis, au service des gens

Ergonofis, au service des gens

Certains entrepreneurs cherchent à améliorer la qualité de vie du consommateur. C’est ce dernier qui en ressort gagnant, car chaque détail, du produit au service à la clientèle, est pensé pour lui.

Il y avait un manque. Ayant séjourné aux États-Unis, Samuel Finn, ancien joueur de hockey, entraîneur et entrepreneur, a constaté l’absence de table à hauteur ajustable au Québec. Ergonofis est né de ce constat. Pour sa part, Kimberley Pontbriand venait de finir son B.A. en business et se questionnait sur ce qu’elle allait faire. Elle s’est d’abord demandé si elle allait partir seule en affaire, puis de fil en aiguille, le projet de Samuel est devenu le sien : « Au début, je donnais mon temps, puis j’ai vu l’opportunité et j’ai embarqué ». Aussi simple. Car l’entrepreneur sait reconnaître une bonne affaire.

Ce n’est pas un secret pour personne, travailler assis, toute la journée, est très difficile pour le corps et mauvais pour la santé. Le dos, le cou, mais aussi le cholestérol, le cerveau, etc. La santé. C’est ce qui a motivé Samuel et Kimberley à se lancer dans ce projet.

SwayM_Side

Polyvalent et autodidacte

Au départ, un bon entrepreneur doit être polyvalent et efficace. Pour cela, il doit aussi savoir mettre son ego de côté, mentionne la cofondatrice de Ergonofis. « On fait tout : gestion, ménage, production. » L’entrepreneur se doit d’apprendre « le plus rapidement possible », explique-t-elle. Le plus gros défi, c’est de ne « jamais savoir comment faire. À chaque tâche, personne n’est là [pour te montrer comment faire] ». Car en plus d’être polyvalent, l’entrepreneur doit être autodidacte. « Comment ça fonctionne, qu’est-ce qui est éco, etc. », rajoute Kimberley.

Et en tant que partenaire, chacun revêt un chapeau : Kimberley est créative et s’occupe de l’image de marque et du marketing, tandis que Samuel est fin négociateur et s’occupe des pourparlers. « On est très différents, mais on est très balancés aussi. »

Par ailleurs, au quotidien et à long terme, le défi se concentre surtout sur la vente. En effet, « c’est jamais fini. [Il faut] une constante évolution avec le marché ». Il faut aussi bâtir son équipe. Celle qui sera à l’image de la marque. Les deux entrepreneurs désirent bien sûr avoir les meilleurs pour leur propre start-up.

Alive_Edge

Alive_Fullside

Se démarquer, aller au-delà des attentes

Ergonofis fait partie de deux industries : celle du meuble et celle des tables à hauteur ajustable. Selon la jeune femme, l’industrie du meuble est « vieux jeu. […] Au Canada, l’achat ne se fait pas en ligne. On veut que les gens n’aient pas besoin de se déplacer ».

D’un autre côté, ils sont arrivés au bon moment pour ce qui est de l’industrie des tables à hauteur ajustable, au Canada. À ce niveau, ils souhaitent concentrer leurs efforts à offrir un produit de qualité, mais aussi esthétique. « Pour le prix, on veut aussi la beauté », mentionne-t-elle. De plus, « tout est éco, même la peinture ». Ils souhaitent offrir un produit « 100 % santé », de la finition à la peinture. C’est aussi comme ça qu’ils souhaitent se démarquer.

SwayW_Switch+

Mover_front

Build to move

« Notre mission, c’est d’amener du mouvement dans le quotidien [des gens]. » L’entrepreneure rappelle que l’objectif est de vendre un produit qui permet de bouger et qui est bon pour la santé. « C’est l’aspect santé qui nous touche. On passe notre vie assis et on a plein de problèmes. » Pour affirmer cela, Kimberley s’appuie sur de nombreuses études. Elle ajoute que « [pour] chaque table vendue, 75 % des gens nous parlent des changements ressentis après une semaine ! » Le but n’est pas non plus de « tout le temps être debout, surtout en statique. Le but est d’alterner ».

Sitting_fr

Standing_fr

Le client au premier plan

Outre la santé du client, c’est aussi sa satisfaction qui caractérise leur mission. Les deux entrepreneurs ont à cœur d’offrir un service « hors pair ». Selon Kimberley, « beaucoup d’entreprises se tirent dans le pied [en ce qui concerne le service à la clientèle]. On veut être une entreprise humaine ». Pour cela, les entrepreneurs se font un devoir de rester accessibles et d’offrir un service personnalisé.

Enfin, l’environnement demeure une part importante de la mission de l’entreprise. Les produits sont tous locaux.

Et l’entrepreneuriat au Québec?

« On voit beaucoup de nouvelles entreprises intéressantes. […] On a un bon bassin, une belle cohorte. Les gens de notre génération sont motivés et ouverts. » Mais au-delà de cette constatation, l’entrepreneure se demande si, dans l’économie actuelle, l’entrepreneuriat va vraiment bien. « On s’arrache les cheveux, mais ça va de mieux en mieux. On fait une différence. »

Et pour la suite…

Les deux entrepreneurs sont motivés et ont de beaux projets en perspective, par exemple, celui d’offrir leurs produits dans les cégeps et les écoles. Ils espèrent aussi « garder [leur] motivation, que les gens embarquent et en parlent, et continuer de développer des partenariats avec les entreprises de meubles ».

Dans une industrie aussi grande, faire sa marque est certes un beau défi. Les deux entrepreneurs derrière Ergonofis sont arrivés au bon moment avec un produit dont on parle peu ou pas au Québec. Leurs valeurs humaines et leur souci de la santé et du client les aideront certainement à se démarquer.

Mover_Gypsy

 

Hippie, geek et maman, Éveline est curieuse et touche-à-tout. En devenant maman, ce n’est pas seulement le mode de vie familiale qu’elle a embrassé, mais aussi le mode de vie « signé local ». Avec son mari, elle se lance en affaire à l’automne 2016 avec sa compagnie L’Atelier de Tennis, une école de tennis pour toute la famille, dans Lanaudière. Aussi enseignante, rédactrice et réviseure linguistique avec sa compagnie Le Scriptorium, elle réalise peu à peu que l’entrepreneuriat et le travail autonome sont faits pour elle. À travers ce blogue, enfin, elle pourra commenter la scène locale et vous inspirer à farfouiller les recoins du Québec afin de découvrir le « fait au Québec ».
Icone 960xx
Signé LocalLancée en décembre 2015, la plateforme SignéLocal.com est la vitrine du Fait au Québec. Le site Web, dont le but premier est de faire rayonner les entreprises ayant des produits de qualité et comme valeur la fabrication locale, regroupe déjà plus de 230 entreprises membres, partout en province.
En savoir plus