Accueil Créativité Le pouvoir du « si »

Le pouvoir du « si »

17
PARTAGES

Le « SI » est un outil hyper important en créativité. Il fait appel aux diverses interrogations susceptibles d’offrir des pistes, tels des catalyseurs permettant de structurer notre pensée pour voir sous des angles différents (l’étrange, le contraire, le neuf, le distinct, etc.) la problématique et favoriser l’émergence de solutions étonnantes, peut-être absurdes, voire jusque-là impensables. Afin de partager avec vous à quel point ce petit mot de deux lettres a marqué ma vie créative, je vous propose de refaire la démarche que j’ai entreprise, il y a de cela plusieurs années, pour comprendre l’impact du « si » dans le processus créatif.

Pour ce faire, voici ma démarche en « mode exploration » face au « SI ». Pour la suite, nous appliquerons nos résultats dans un processus créatif par lequel, je l’espère, vous saisirez toute l’importance du pouvoir du « SI ».

Un premier pas

Pour comprendre, je m’impose donc une structure de recherche que j’appelle l’EXPLORATION. Je suis en mode cueillette d’informations.

  • Je commence par une question. Dans ce cas : « QUE VEUX DIRE LESI? »

Un peu de grammaire française peut m’aider à me familiariser avec le fameux et précieux « SI » ? Pourquoi pas ?

Dans ce cas, j’utilise tout ce qui pourrait alimenter mon esprit et nourrir ma pensée ; tous les types de dictionnaires de ce monde (définition, synonymes, expressions…), les thésaurus, la grammaire, etc. Même si je sais ce que veux dire le « SI », je me laisse guider par mes recherches sans restrictions pour en connaître ses nuances. Je sais que cette démarche m’aidera à faire des listes de bonnes questions pour bombarder mon problème et lui faire subir des transformations.

Le problème

Concevoir un nouveau modèle d’école ?

Résultats et application du « SI »

Voici quelques exemples au pouvoir imaginatif du « SI ».

« SI » comme conjonction
Indique :

  • avec l’indicatif présent ou passé, la condition (éventuel) : Si tu viens me voir, tu seras bien reçu.

Si tu viens à l’école, tu seras bien reçu.

La réception des élèves lors de leur arrivée à l’école.

Comment pouvons-nous faire différemment. Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ? Quand ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


  • Avec l’indicatif imparfait ou plus-que-parfait, la répétition ; toutes les fois où : S’il se trompait, on corrigeait son erreur.

L’élève… S’il se trompait lors de ses examens, on corrigeait son erreur.

Qui pourrait corriger l’erreur de l’élève ? Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


  • Avec l’indicatif imparfait (et le conditionnel dans la principale), une hypothèse irréalisable dans le présent (irréel du présent) ou réalisable dans l’avenir (potentiel) : Si j’avais ce livre, je vous le donnerais. Si je trouvais ce livre, je vous le donnerais.

Si j’avais les espaces, je vous (aux élèves) les donnerais pour faire vos explorations.

Quelle grandeur d’espace ? Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


  • Avec l’indicatif ou le subjonctif plus-que-parfait (et le conditionnel ou le subjonctif plus-que-parfait dans la principale), une hypothèse qui n’a pu se réaliser dans le passé (irréel du passé) : Si je vous avais vu, je vous aurais prévenu.

Si nous avions su, nous aurions pu le faire.

Avait su quoi ? Répondre avec « avait su pourquoi ? » Pour qui ? Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ?

Aurait fait quoi ? Répondre avec « aurait fait avec quoi ? » Pour qui ? Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ? Pourquoi ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions. 


  • Dans les phrases exclamatives avec l’imparfait, un souhait irréalisable ou douteux et, avec le plus-que-parfait, le regret : Si au moins il faisait beau demain !

ESSAYEZ VOUS-MÊMES !


« SI » comme adverbe de quantité

  • Marque l’intensité d’un adjectif ou d’un adverbe (suivi d’une subordonnée de conséquence) : Il est si grand qu’il ne peut passer par cette porte.

L’école est si petite qu’elle n’a pas besoin de murs.

Si l’école n’a pas de murs… Pour qui ? Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ? Quand ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


  • Marque une intensité affective : Cet homme est si généreux !

Ces élèves sont si studieux ! Que pouvons-nous leur offrir ?

Offrir quoi ? Pour qui ? Comment ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ? Quand ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


  • Marque une comparaison d’égalité dans une phrase négative ou interrogative (au lieu d’aussi) : On n’est jamais si malheureux qu’on s’imagine.

ESSAYEZ VOUS-MÊMES !


  • Si… que, encadrant un adjectif ou un adverbe, introduit une subordonnée concessive ; quelque… que : Si mal qu’il ait agi, il faut lui pardonner. (Avec un adjectif, on peut employer si… soit-il : si aimable soit-il.)

Si à l’étroit que nous soyons, il nous faut faire avec !

Pourquoi faire avec ? Qui a dit ça ? Pour qui ? Comment changer le « faire avec » ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ? Quand ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


 

« SI » comme adverbe d’affirmation

  • Marque la dénégation après une interrogation négative et s’emploie dans une réponse : Vous ne le croyez pas ? — Si, je le crois ; dans une complétive, une phrase sans verbe, et avec les coordinations répond à une interrogative négative: je pense que si. Lui ne viendra pas, mais moi, si.

ESSAYEZ VOUS-MÊMES !


« SI » comme adverbe interrogatif et exclamatif

  • Introduit une interrogative indirecte correspondante à « est-ce que » dans l’interrogative directe : Je vous demande si vous viendrez.

Je vous demande si vous viendrez au rendez-vous quotidien.

Quel rendez-vous quotidien ? Pour faire quoi ? Avec qui ? Pourquoi ? Où ? Avec quoi ? Quand ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


« SI » comme nom masculin invariable

  • Expression d’une condition ; condition restrictive : Avec lui, il y a toujours des si et des mais.

SI… ? Question que se posent les élèves tous les jours ?

Quels types de questions ? Quand ? Pourquoi ? Avec qui ? Où ? Avec quoi ? Quand ?

Et donner plusieurs réponses possibles à chacune des questions.


Et je n’oublie pas le « SI » comme une note de musique et le symbole chimique du silicium.

En science et en musique, le « SI » pourrait devenir le porte-étendard des deux disciplines, voire le symbole de l’École. SI j’ai un bon comportement, j’ai… ! SI j’étudie, je pourrais obtenir… !

À quoi tout ça me sert-il ?

À adapter la recherche afin d’alimenter mon problème de solutions en regardant chacun des énoncés et en y répondant.

Les résultats peuvent sembler, à première vue, comme étant idiots, inutiles, absurdes, insensés, dégénérés, fous… Oui, tout à fait ! Ce n’est pas d’hier que nous croyons que les gens qui voient les choses autrement sont considérés comme des fous finis même s’ils sont délurés, astucieux et dégourdis.

Remuer les idées en leur temps, et laisser sa pensée vagabonder dans les coins les plus bizarres de son esprit apportera le plus souvent des innovations véritables plutôt que des semblants de solutions pour plaire à la galerie.

« La folie, c’est de faire toujours la même chose

et de s’attendre à un résultat différent » — Einstein.

Nous parlons ici de l’art de créer de nouveaux liens

Le problème permet aux éléments, qui, a priori, n’ont rien à voir entre eux, de se rencontrer et d’exercer sur notre esprit un détour illogique pour arriver à des résultats auxquels vous ne sauriez jamais parvenus. Un renversement de sa pensée, c’est mettre à votre portée un entraînement qui favorisera l’augmentation de la force de vos idées.

  • Avoir un problème et ouvrir n’importe quel livre pour y trouver la solution…

J’ai faim. J’ouvre un livre. Le mot : histoire. Comment pourrais-je trouver quelque chose à manger qui me parle de l’histoire, de mon histoire, de leur histoire… etc.

  • Croire en quelque chose à quoi vous ne croyez pas du tout…

Exemple : Je ne crois pas que nous puissions vivre sans gouvernement.

Et si nous pouvions trouver une façon de faire la gestion, la politique, l’économie d’un pays sans élus…

  • Goûter tous les jours, pendant un certain temps, à des plats que vous n’avez jamais mangés.

Nous devons nous demander si nous osons aller plus loin que les choses qui nous sont connues. Faisons-nous l’effort de pousser un peu plus loin pour comprendre, pour explorer, pour nous exposer et prendre de l’expérience ?

Et « SI » le « SI » était la « question » que nous cherchions pour répondre à tous nos problèmes ? Pas « SI » évident, n’est-ce pas ?

Créativement vôtre.

Gi


http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/si/72579?q=si#71770

 

17
PARTAGES
Ginette Larose, possède une vaste expérience auprès de gens provenant d’univers très différents. L’entreprise, de coaching et de consultation, «Imagine l’Inspiration» fût fondée en 2012 par Ginette (Gi) Larose, Master coach en créativité. Elle base sa pratique auprès d’entreprises ou d’individus désireux de faire des changements en exploitant leur plein potentiel à EXPLORER, à S’EXPOSER et à EXPÉRIMENTER.
imagine inspiration logo
Imagine l’inspirationPour mieux ORGANISER, PLANIFIER et faire une bonne GESTION, une gamme d’outils créatifs et adaptés à leurs besoins, afin d’aider la recherche de solutions aux problèmes, de rendre le travail plus efficace et plus productif, ainsi que d’améliorer la qualité et la satisfaction. Les valeurs et la mission de l’entreprise reposent sur l’engagement de Ginette envers ses clients afin de les accompagner et de les inspirer à engendrer des améliorations constantes et graduelles dans tous les aspects de leur vie et à prendre conscience de l’ampleur de leurs capacités au quotidien !
En savoir plus