Accueil Affaires Requis chez un cadre supérieur ou intermédiaire

Requis chez un cadre supérieur ou intermédiaire

Bien qu’il y ait des moments plus propices dans une année pour l’embauche de nouveaux employés, les ressources humaines et les équipes de recrutement ne peuvent jamais se permettre de s’assoir sur leurs lauriers lorsqu’on parle de recherches de candidatures. De plus, certains postes sont plus faciles à combler que d’autres, mais lorsque vient le temps de faire du recrutement de cadres supérieurs ou intermédiaires, la complexité du mandat est plus élevée.

Il faut alors déterminer très précisément ce que le futur gestionnaire aura à réaliser : les objectifs à atteindre, les ressources disponibles et les contraintes à respecter. À partir de cela, le profil de la personne idéale devra être dressé.

Leadership et humilité

La force d’un cadre supérieur ou intermédiaire résulte en une combinaison de beaucoup de compétences et de qualités en matière de gestion et de décision, mais également  et surtout très important – de l’humilité qu’il projette. Les membres de son équipe doivent sentir qu’ils peuvent lui parler sans marcher sur des œufs. Ils doivent pouvoir émettre des commentaires, des questions et des suggestions sans avoir l’impression que ça tombe dans l’oreille d’un sourd ou qu’ils soient mis rapidement dans la poubelle.

Le cadre supérieur ou intermédiaire doit être capable de remercier et féliciter les employés pour les succès et les objectifs atteints, et de voir chaque projet et situation comme une opportunité de croissance des membres de son équipe comme pour l’organisation globale.

Autonomie

Un cadre supérieur, c’est une personne qui doit faire preuve d’une grande autonomie, et ce, dès les premières semaines de son embauche. Lorsqu’on emploie ce type de personne, c’est parce que l’organisation a besoin de gestionnaires prêts à supporter le président et à réaliser les mandats qui leur seront délégués.

La personne choisie devra être capable de prendre, rapidement, les meilleures décisions pour l’organisation. Bien qu’entouré d’une équipe, le gestionnaire aura à faire preuve d’un discernement et d’un jugement exemplaires, et ce, sans avoir à toujours demander l’avis de ses pairs ou de ses supérieurs hiérarchiques.

Polyvalence et adaptation

Cette caractéristique est complémentaire à celle de l’autonomie. En plus, la polyvalence est une qualité recherchée du monde professionnel du XXIe siècle.

La seule différence est que le cadre supérieur ou intermédiaire devra être la définition même de la polyvalence devant son équipe et ses supérieurs. Il sera dans l’obligation de démontrer ses facultés d’adaptation dans pratiquement chacun de ses volets d’intervention.

Plus le gestionnaire qui occupe un poste de cadre supérieur ou intermédiaire aura ajouté de cordes à son arc (maîtrise de logiciels, multilinguisme, expertises dans des volets pertinents, etc.), plus son apport et son impact seront positifs au sein de son organisation.


Crédit photo à la une : Stéphan Valentin

 

Une plateforme d'affaires rafraîchissante et collaborative dont la mission principale est le partage d'expertises. LIME offre une valeur ajoutée à la communauté d'affaires québécoise avec un contenu de qualité et des conférences/ateliers inspirants et probants.