Accueil Affaires Abandonner le navire pour lancer une start-up

Abandonner le navire pour lancer une start-up

lancer une start-up

Commencer un nouvel emploi est toujours stressant. Au début de 2011, j’étais excité, mais aussi craintif à l’idée de relever un nouveau défi. Je rejoignais les rangs de Google, une compagnie plus grande que la dernière agence pour laquelle je travaillais. Cela allait être un grand défi puisque j’étais le premier employé en développement des affaires dans la province.

Lorsque j’ai débuté, j’avais une série d’attentes. Je pensais faire face à des règles, des processus et de la paperasse. En réalité, ce n’était pas du tout cela. J’y ai plutôt trouvé un ensemble de lignes directrices et une tape dans le dos. Je sentais que j’étais dans une start-up quoique une start-up très bien financée.

Après y avoir passé quatre merveilleuses années, je me sentais au sommet de la réussite avec un emploi exceptionnel, des opportunités de voyages à travers le monde et surtout, des repas gratuits. Pourtant, quelque chose n’allait pas. La motivation entrepreneuriale avait piqué ma curiosité. Le monde des start-ups m’appelait et cela m’attirait. Investir et travailler avec des personnes inspirantes dans des start-ups m’a fait sentir que ce rêve était possible. Un nouveau défi m’attendait et le temps était venu pour moi de passer à la prochaine étape.

Brûler les bateaux!

Comment peut-on quitter l’une des meilleures compagnies au monde? Ce n’était pas une décision à prendre à la légère. Quand ma décision fut prise, j’ai envoyé cette vidéo à mes associés.

C’est l’histoire d’un conquistador espagnol qui est venu affronter un empire Aztec encore invaincu. Lorsqu’il arriva en Amérique du Sud, il ordonna à ses soldats de brûler les bateaux. Ainsi, la seule façon pour son armée de gagner était de croire qu’il n’y avait aucune autre option que de gagner. « La minute où vous avez un plan B, vous avez admis que vous n’allez pas réussir », a d’ailleurs dit Elizabeth Holmes.

Dans la même veine, j’ai coupé les ponts. C’était tout ou rien. Si vous considérez quitter un environnement corporatif confortable pour l’incertitude et le risque de faire partie d’une start-up, voici quelques conseils. Bien entendu, il y aura une baisse de revenu, de longues nuits de travail et un retour incertain. Toutefois, en cas de succès, l’honneur et la reconnaissance seront au rendez-vous.

Commencez à travailler avant de démissionner

Il n’y aucune raison pour quitter votre emploi immédiatement. Commencez à travailler sur votre projet lors de vos temps libres jusqu’à ce que vous ayez assez de clients et de revenus pour vous y consacrer à temps plein. Rendez-vous jusqu’à l’étape où vous êtes confiant d’avoir atteint le product market fit si possible. Dans ma start-up, mes partenaires et moi avons testé notre modèle d’affaires sur plusieurs clients et avons réussi à décrocher plusieurs contrats avant de démissionner de nos postes.

Soutien financier

Croyez-vous avoir accumulé assez d’argent pour vivre au moins un an sur ces économies? Prenez le montant dont vous avez besoin pour passer l’année et multipliez-le par trois. Vous allez devoir conserver votre capital tout particulièrement au début afin de vous éviter le stress d’être sans revenu.

Se reposer et recharger ses batteries

Prenez du temps pour vous. Allez en Europe ou en Asie ou encore au Massif. Reposez-vous car vous allez avoir besoin de toute votre énergie. N’oubliez pas, ceci est un marathon et non pas un sprint. Utilisez votre temps libre pour récupérer mentalement et physiquement. Personnellement, un séjour en Europe m’a permis de décrocher et de me ressourcer.

Trouver les bons partenaires

Le choix d’associés est particulièrement important lorsque vous commencez une start-up. Je suis chanceux. Mes associés sont motivés et partagent les mêmes valeurs que moi. Même lorsque nous sommes parfois en désaccord, il y a un énorme avantage à partager la même vision à long terme.

Préparez-vous psychologiquement

La start-up pour le meilleur ou pour le pire. La gestion de ses émotions est probablement le facteur le plus important vis-à-vis du succès ou de l’échec. Plusieurs hauts et beaucoup plus de bas sont à prévoir. Les défis sont réels et inévitables. La clé du succès est la façon dont vous réagissez. La confiance pour surmonter ces défis est essentielle; il ne faut pas se laisser dépasser par les aléas du quotidien quant à la gestion d’une start-up. Méditer dix minutes par jour fait toute la différence pour moi.

Planification stratégique

Je suis sûr que la plupart des gens vont utiliser le modèle du « business model canvas », «product/market fit » pour les aider à planifier et à monter leur start-up. Un modèle qui est souvent sous-utilisé est le bon vieux modèle de planification stratégique. Cela nous a vraiment aidés à établir notre plan pour 2015 et à respecter nos objectifs les plus importants.

Restez agile

Contrairement au dernier point, vous ne pouvez pas poursuivre quelque chose qui ne fonctionne pas. Changez de direction si nécessaire. L’équipe de Spoil (récemment admis dansYCombinator) utilise une méthodologie rapide (pivoter ou persister) pour développer son modèle d’affaires.

Appréciez chaque minute

Quand vous commencez dans cette grande aventure, vous avez franchi le point de non retour. N’oubliez pas d’être reconnaissant et d’appréciez votre démarche. Et souvenez-vous d’une chose, il n’y a pas de retour en arrière.

Le succès est votre seule option, il n’y a aucune place pour l’échec.

Nectarios Economakis
Co-fondateur – PNR

Nectarios est co-fondateur de PNR et vise à aider les entreprises à aligner leur stratégie corporative et leur stratégie numérique tout en facilitant l'exécution de la vision.
PNR
PNRPNR est une firme de gestion-conseil axée sur la technologie et l’exécution numérique. Notre but est d’aligner stratégie corporative avec stratégie numérique.
En savoir plus