Démystifier le TDAH en entreprise

Richard Branson, fondateur de Virgin Airlines, John T. Chambers, président et directeur général de Cisco Systems, Ingvar Kamprad, fondateur suédois et président d’IKEA, David Neeleman, fondateur, président et directeur général de JetBlue Airways, Paul Orfalea, fondateur et président de Kinko’s et Charles Schwab, fondateur, président et directeur général de Charles Schwab Corporation, la plus grande société de courtage des États-Unis, sont tous des entrepreneurs et dirigeants atteints d’un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Même si les personnes atteintes du TDAH sont 300 % plus susceptibles de démarrer leur propre entreprise¹, on les retrouve aussi dans tous les domaines et niveaux hiérarchiques d’une organisation.

Entre 4 à 8 % des adultes sont atteints du TDAH. De ce nombre, 85 % ignorent en être atteints.

Les principaux symptômes sont la difficulté d’attention ou l’impulsivité, et l’hyperactivité. Cela se traduit par une difficulté à respecter les échéanciers, à se concentrer. Difficulté à gérer son temps, être souvent en retard. Certains peuvent également paraître moins persévérants ou porter peu d’attention aux détails. D’autres peuvent aussi procrastiner, s’ennuyer facilement, s’impatienter et être mal organisés.

Vous croyez être atteint d’un TDAH ? Faites le test !

TDAH : un atout dans une équipe de travail ?

Vous avez une personne atteinte d’un TDAH dans votre équipe ? Vous seriez peut-être plus chanceux que vous ne le croyez !

En effet, les gens atteints du TDAH possèderaient une force créative supérieure à la moyenne. Des idées géniales et innovantes. Visionnaires et détenant une grande capacité d’adaptation, ils sont une valeur ajoutée pour l’organisation lorsque leur talent et leur potentiel sont mis à profit. Les employés atteints du TDAH offrent également un haut niveau de productivité s’ils sont intéressés par la tâche à exécuter.

Vous souhaitez augmenter le niveau de performance chez un employé atteint d’un TDAH ?

  1. Offrez-lui un accommodement raisonnable en déplaçant simplement son bureau dans un coin plus tranquille, loin du bruit ambiant et des conversations non pertinentes. Éloignez-le également des endroits passants, des toilettes ou du photocopieur. Vous travaillez dans un environnement à aire ouverte ? Permettez-lui de porter un casque d’écoute, de manière à éliminer les distractions sonores. S’il a déjà été prouvé que les espaces à aire ouverte  ont une incidence négative sur le temps d’attention, sur la productivité et sur la créativité des individus, imaginez le défi que cela puisse représenter pour une personne atteinte d’un TDAH !
  1. Assurez-vous que son espace ainsi que l’organisation de son travail soient ergonomiques. Dans le cas d’un employé présentant des symptômes d’hyperactivité, permettez-lui de prendre plusieurs pauses « bougeotte » durant la journée.
  1. Planifiez vos rencontres ! En évitant les réunions mal planifiées, en favorisant les discussions dirigées et en diminuant la durée des rencontres, vous maximiserez temps et énergie. Il sera alors plus facile pour l’employé atteint d’un TDAH de suivre le fil de la conversation et de rester concentré sur l’objectif de la réunion.
  1. Encadrez votre employé en scindant ses projets en plusieurs étapes, accompagnées d’échéanciers précis. Aidez-le à structurer son travail. Prévoyez des feuilles de route ou des listes de vérification. Vous assurerez ainsi un meilleur suivi et votre employé sera plus performant.
  1. Soyez flexible. Offrir le télétravail lorsque cela est possible est une mesure peu coûteuse et très profitable pour l’employé ainsi que pour l’organisation.
  1. Éliminez la politique de la porte ouverte. Les interruptions multiples ne font qu’accentuer les distractions. Permettez à l’employé d’avoir des plages de travail durant lesquelles il enverra les appels entrant directement dans sa boîte vocale. Demandez-lui de fermer les notifications de ses courriels, de ses médias sociaux, ainsi que celles provenant de son téléphone cellulaire. Indiquez-lui deux ou trois moments dans la journée durant lesquels il sera opportun de répondre à ses courriels et à ses messages téléphoniques selon les besoins de votre organisation. Finalement, n’encouragez pas le multitâche. Une étude de l’Université de Stanford  a d’ailleurs prouvé que travailler en mode multitâche serait moins productif que de travailler sur une seule tâche à la fois. Et cela s’applique pour tous les employés, qu’ils soient atteints ou non d’un TDAH !

PSST ! Gestionnaires, soyez vigilants ! Un TDAH présente souvent une comorbidité (un trouble associé), soit la dépression, l’anxiété, la toxicomanie… Assurez-vous d’avoir les ressources disponibles, telles qu’un programme d’aide aux employés, afin de bien épauler votre employé qui en est atteint.

Bon succès !


Mélina Roy, CRHA
Consultante & blogueuse RH
514 991-9334
www.monamierh.com


Pour plus d’information sur le TDAH:

1-https://www.coulditbeadhd.ca/fr/ce-que-vous-devez-savoir-a-propos-du-tdah-chez-ladulte

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=trouble_deficit_attention_hyperactivite_pm

Linda Walker, coach en TDAH : http://www.tdahadulte.com

Mélina Roy

Mélina Roy est consultante et blogueuse RH. Elle est également membre de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA).

Trouvez-moi sur :

Mon amie RH

Mon amie RH est un blogue professionnel qui a pour mission d’informer, de résumer et de vulgariser les ressources humaines au quotidien.


1 Comment

  • Caroline FIORENTINI
    Juin 19, 2020 at 7 h 04 min

    Surtout demander quels sont ses besoins car tous les TDAH sont differents. Par exemple, là vous conseillez un endroit calme ou le télétravail : j’ai horreur de travailler chez moi et je travaille mieux avec des personnes autour de moi que toute seule isolée. Par contre, je dois pouvoir mettre des bouchons ou écouter de la musique et pouvoir aller ponctuellement dans un endroit plus calme et isolé pour des séquences de réflexion intensives.

Laisser un commentaire