Ne pas abandonner, pas si évident !

2
PARTAGES

On entend souvent l’expression « un gagnant n’abandonne jamais ». Or, qui n’a pas laissé tomber une carrière, un projet, un client ou un conjoint ?

Pourtant, la persévérance fait la différence. Warren Buffett a accumulé une des fortunes les plus importantes du monde moderne par sa ténacité et sa persistance dans sa stratégie de placement qui consiste à acheter et à ne pas vendre, autant que possible.

Un grand discours

Un des discours les plus célèbres du 20e siècle nous vient de Winston Churchill : « Never, never give in ». Je vous joins le lien de ce petit chef-d’œuvre.

On dit de lui qu’il a été l’un des meilleurs orateurs que le monde ait connus. À l’époque, les gens composaient leurs propres discours. L’émotion était palpable. Aujourd’hui, des experts travaillent en équipe afin d’être de plus en plus politically corrects. On ne dit plus ce que l’on pense, mais plutôt, la plupart du temps, une série de formules creuses, sans substance, qui évitent les vagues. Pas Winston Churchill !

En persistant, on arrive à quelque chose et, généralement, plus l’atteinte du résultat est difficile, plus grande est la satisfaction.

Anecdote personnelle

Ne_Pas_Abandonner_Pas_Si_Évident_2

Il est facile d’abandonner. Il y a moins d’un an, je tentais ma qualification pour le marathon de Boston. Pour ce faire, j’ai choisi celui de Mississauga. En analysant le parcours et le dénivelé, je pensais, en mon for intérieur, que j’avais la possibilité de me qualifier. Je me suis relativement bien entraîné. Aucun bobo physique à signaler, malgré une gastro à une semaine du défi et des sorties escamotées ici et là, dues à mes déplacements d’affaires. J’étais prêt.

En tant qu’auteur de la théorie des 7 vagues du succès, je fais continuellement des parallèles entre mes actions et les 7 vagues. Au départ de l’épreuve de 42,2 km, j’avais l’attitude du gagnant.

Après les trois premiers kilomètres, j’étais pile dans les temps planifiés. Puis, au lieu de suivre le plan initial, changement de stratégie. Je me sentais bien, alors pourquoi ne pas pulvériser le temps de qualification ? J’ai décidé d’accélérer la cadence. Les 19 kilomètres suivants ont été engloutis à mon nouveau pace et j’ai réussi à retrancher plus de trois minutes sur mon temps prévu. Au 21e kilomètre, j’avais, pour ainsi dire, des ailes. Puis, au 28e kilomètre, aucun pardon : trois crampes simultanées à la hanche droite et aux deux mollets. Ayoye ! Je ne pouvais plus bouger. J’avais juste le goût de m’écraser sur le bord de la route.

La seule idée que j’avais en tête : sortir du parcours et abandonner. À quoi bon poursuivre la compétition, je ne pourrais réaliser ma qualification avec de tels malaises.

Puis, j’ai pensé à mon ami Danny Raymond, qui m’a déjà dit : « La pire chose qui me soit arrivée a été d’abandonner. » C’est alors que je me suis dit : « Pourquoi fais-tu tout cela ? Pour te qualifier pour la course mythique de Boston ou tu as d’autres raisons ? » Comme j’avais d’autres motivations, j’ai décidé de terminer l’épreuve, même s’il fallait que ce soit en marchant.

Ne_Pas_Abandonner_Pas_Si_Évident_3

En trottinant, en oscillant même et en marchant, j’ai pris conscience que les crampes disparaissaient peu à peu. Le mal était toujours là, les muscles crispés et tordus comme des boyaux m’empêchaient de reprendre du rythme. Je me parlais, je tentais d’accélérer la cadence pour quelques minutes, puis je remarchais avant de repartir. Finalement, j’ai croisé le fil d’arrivée avec l’aide d’une gentille coureuse qui m’a poussé lors des six derniers kilomètres, en m’encourageant à ne pas marcher. Grâce à son soutien et à sa détermination, j’ai pu retrancher quelques minutes assurément. Un vrai lien avec l’importance du travail d’équipe !

N’abandonne jamais

Pour l’entrepreneur, le travailleur autonome ou le vendeur que vous êtes, quelle est la leçon que vous devriez en retirer ? Ne pas abandonner et, surtout, bien connaître les motivations qui font que vous faites ce que vous faites !

Obtenir un gros contrat n’est pas une mince affaire. Beaucoup se contentent de plus petits mandats afin de ne pas vivre l’échec ou la peur d’échouer. Viser le gros client, obtenir ce contrat dont vous rêvez ne sera pas facile. Il vous faudra de nombreux efforts. Si vous abandonnez avant de le finaliser, vous ne connaîtrez jamais le plaisir que procure une telle réussite. Vous aurez peut-être de la difficulté à joindre les deux bouts ; la pression sera parfois insoutenable certains jours, mais quand vous aurez atteint votre but, la récompense ne sera que plus grande. Entourez-vous de gens positifs qui sauront vous remonter le moral dans les moments les plus difficiles. Visez gros et n’abandonnez pas. Ce ne sera pas toujours facile, mais vous y arriverez.

En vous connaissant, en utilisant, dans vos décisions, vos propres valeurs, en faisant de celles-ci des valeurs absolues et non négociables, vous serez sur la ligne de départ, prêt pour les plus gros contrats de votre domaine. En faisant bien vos devoirs, en vous préparant, en connaissant parfaitement les subtilités de vos produits et services, vous serez mieux équipé que vos compétiteurs. Parlant d’eux, vous regarderez ce qu’ils font, non pas pour les dénigrer, mais pour apprendre ce qu’ils font de mieux et comment le reproduire à votre tour. Vous pourrez alors offrir plus qu’eux. Ensuite, étudiez vos clients et connaissez-les mieux que quiconque. Croyez-moi, ils vous feront confiance et écouteront vos solutions, à la condition que vous sachiez écouter leurs vrais problèmes.

Vous désirez continuer la discussion, contactez-moi. Ce sera un immense plaisir de vous dévoiler la recette des 7 vagues du succès, recette qui m’a permis d’obtenir des ventes exceptionnelles et d’atteindre la sécurité financière que beaucoup recherchent.

Pour Boston, je tenterai de nouveau ma qualification cette année. Des améliorations devront être apportées à mon entraînement. Pour le reste, Mississauga n’a pas été un échec, mais un accomplissement qui m’a permis de mieux me connaître, mais, également, de comprendre que plus grand est l’objectif, plus difficile est son atteinte. Toutefois, la satisfaction l’est tout autant.

Il n’y a pas d’échec tant que l’on n’abandonne pas ! « Never, never, never give in! »

Christian Gagnon www.stanleyconseils.com

Conférencier, concepteur des 7 vagues du succès.

Crédit photo à la une: Alex Wong
2
PARTAGES
Président de la firme Stanley Conseils, Christian est très impliqué dans le monde socio-communautaire et siège bénévolement sur des CA d’organisme à but non-lucratif.
Stanley Conseils
Stanley ConseilsStanley Conseils a pour but d'aider les entrepreneurs à réaliser leurs objectifs, tout en améliorant leur qualité de vie, grâce au développement stratégique.
En savoir plus