Accueil Créativité Pourquoi je fais ce que je fais ?

Pourquoi je fais ce que je fais ?

Cette année, je fêterai mes 10 ans de carrière comme styliste personnalisée pour femmes. En 2007, j’ai fait un virage à 180 degrés en passant du monde bancaire à celui de la mode. Laissez-moi vous dire que ç’a été tout un choc !

Quand on me demandait (et on me le demande encore d’ailleurs) pourquoi je voulais faire ce métier, je répondais que je voulais mettre en valeur les femmes que j’habillerais afin qu’elles se sentent en confiance dans toutes les sphères de leur vie très occupée.

Aujourd’hui, encore, c’est la seule raison qui me motive à continuer dans un domaine qui est très compétitif et, qu’on se le dise, pas toujours facile. La relation que j’ai établie avec mes clientes est un des aspects du métier qui me rend totalement heureuse dans le choix que j’ai fait voilà 10 ans.

garderobe

Est-ce que cela vous surprend ? Est-ce que c’est l’image que vous vous faites d’une styliste personnalisée ?

À la lecture de ce qui suit, laissez-moi vous démontrer à quel point mon métier est méconnu. Au fil de mes rencontres professionnelles et personnelles, j’ai répertorié les commentaires/questions qui reviennent fréquemment.

  • Vous devez être folle de la mode !

FAUX : Pour moi, la mode et le style sont deux choses complètement différentes. Le style est la base avec laquelle je travaille tout en l’actualisant avec les courants du moment. La mode ? Disons qu’elle change rapidement !

  • Ce service est seulement pour les gens riches !

FAUX : Mes clientes sont des femmes de tous les milieux. En général, je compte parmi elles des présidentes de compagnie et des travailleuses autonomes, des médecins et des adjointes administratives. Et je n’oublie pas les ingénieures domestiques et les retraitées !

Qu’ont en commun ces femmes ? Elles comprennent le pouvoir de l’image tout en restant cohérentes avec ce qu’elles sont profondément.

  • Pourquoi ces femmes vous engagent-elles ?

Les raisons principales sont :

  1. Le manque de temps. Leurs priorités telles que le travail, la famille, les sports, le bénévolat, les voyages, etc. ne leur laissent pas beaucoup de temps pour faire les boutiques ou feuilleter des magazines.
  2. C’est un casse-tête qu’elles me délèguent, car elles en ont assez de faire de mauvais achats qui restent dans leur garde-robe et qui entraînent une importante perte d’argent.
  • Faites-vous toujours affaire avec les mêmes boutiques ?

NON : Mon choix de boutiques est motivé par la personnalité, les besoins, le budget et la taille de ma cliente.

  • C’est très superficiel comme métier !

VRAI… et FAUX !

VRAI : Ce que vous observez de loin dans les médias ne représente qu’un côté de la médaille. Ce milieu qui semble glamour, spectaculaire, inaccessible pour la majorité d’entre nous peut être intimidant. Et oui, la mode peut virer à l’obsession, à l’endettement ; elle peut causer des troubles alimentaires et gruger l’estime de soi, et finalement provoquer la jalousie, l’envie et le mépris. Les valeurs de jeunesse, de minceur et de beauté à tout prix peuvent nous faire perdre les pédales.

Mais…

FAUX : Il n’y a rien de superficiel quand le bon choix de vêtements et d’accessoires est fait pour faciliter la vie de tous les jours en augmentant la confiance en soi. On peut alors simplement se concentrer sur ce que l’on a à faire en toute quiétude. Le bon vêtement pour la bonne occasion, c’est toujours gagnant !

FAUX : Il n’y a rien de superficiel quand j’aide une femme à refaire sa garde-robe suite à un événement marquant comme une grossesse, une séparation, un changement de carrière, une maladie grave, un gain ou une perte de poids majeur, et j’en passe.

FAUX : Il n’y a rien de superficiel quand, une fois dans sa vie, une femme veut goûter au bonheur de magasiner avec une professionnelle qui lui proposera, d’une manière respectueuse et bienveillante, une nouvelle façon de se voir dans le miroir.

Est-ce que le métier de styliste personnalisée est plus clair pour vous maintenant ?