Lime

Histoire de règlementation… tirée de faits vécus !

Voici l’histoire de l’animalerie La main à la Patte (nom fictif).

Cette compagnie existe déjà depuis un certain nombre d’années. Elle déménage de locaux. L’enseigne et la vitrine sont à changer, peut-être même l’image de marque. Son propriétaire décide donc d’emboiter le pas. Il consulte un graphiste/une compagnie spécialisé en image de marque pour la conception soit d’un nouveau logo, d’un nouveau look pour l’enseigne ou la vitrine et de produits marketing, ou tout simplement pour créer le fichier de production.

page-principale

Après un certain nombre d’épreuves envoyées, ça y est ! Il a mis le doigt sur le produit final.

enseigne

C’est à l’étape suivante que la réalité s’installe. Il doit faire une demande de permis. Le produit final ne l’est plus.

vitrine

Voici l’histoire de plusieurs entreprises.

Voici comment ce design sera reçu dans différentes villes* :

Ville A, selon le quartier :

En plus d’une demande de permis, vous devrez peut-être faire et payer pour une demande de PIIA (Plan d’implantation et d’intégration architecturale). Il s’agit d’un permis, s’ajoutant à votre permis standard. En déposant celui-ci, vous devrez faire état : du visuel, des matériaux, de l’emplacement (certificat de localisation) et de l’éclairage. Ceux-ci seront alors évalués par un comité.

Vous ne pourrez changer la grandeur de votre enseigne actuelle. Vous devrez utiliser votre droit acquis. Ajoutez trois à six mois de délais supplémentaires au délai de production.

Tous les quartiers :

Le design des vitrines devra être révisé : vous n’avez droit qu’à 50 % d’utilisation de la superficie de chacune des vitres (et non de la superficie totale). Le matériel doit aussi être apposé à l’intérieur seulement. Comme vos vitres sont teintées, les matériaux mis à l’intérieur seront beaucoup moins visibles. Notre recommandation aurait donc été de rétroéclairer votre affichage.

Ville B :

La conception de vos vitrines nécessitera d’être rectifiée. Aucun humain, animal, produit ou contenant, ou leur silhouette ne peut être affiché.

Ville C :

Dans cette ville, les panneaux « sandwich » ou bannières promotionnelles que vous vouliez utiliser sont interdits.

La règlementation ne permet, comme habillage dans les vitres, que : Le logo, les coordonnées de la compagnie, les heures et jours d’ouverture. Il devra de même être à l’intérieur, en proportion de 30 % maximum de la superficie par vitre, sans dépasser trois mètres carrés (3 m2). De plus, cette ville interdit l’éclairage des fenêtres.

Notre suggestion, utiliser 80 à 95 % de la superficie vitrée par le logo. Pour nous assurer d’une bonne visibilité, puisque les vitres sont teintées, nous conseillons de diriger l’éclairage intérieur, près des fenêtres, vers celles-ci. De façon à aménager votre vitrine et de bien représenter votre entreprise, des produits bien disposés à l’intérieur peuvent alors faire lieu de marketing.

Malheureusement, la proposition apportée pour votre enseigne devra être reconsidérée. Les seules formes approuvées sont celles qui sont géométriques.

Après lecture, vous tirerez sûrement les mêmes conclusions que plusieurs entreprises ayant vécu ces désagréments ; vaut mieux commencer ses démarches en consultant l’urbanisme de sa ville avant d’entreprendre certains travaux.

*Toutes les règlementations sont réelles et en vigueur au moment où cet article fut écrit.


Benoit Dulude
Président – Affichage Empreinte Verte
[email protected]
514-907-3419

Benoit Dulude

Président d'AEV. Ce qui me fait ''triper'', c'est de trouver des nouveaux produits, procédés et concepts originaux pour valoriser mes clients et leurs entreprises.

Trouvez-moi sur :

Affichage Empreinte Verte

Affichage Empreinte Verte œuvre dans le domaine de l’affichage grand format. Nos produits sont fabriqués de façon écologiques, recyclables et économiques.


Laisser un commentaire