Savoir dire non !

80
PARTAGES

Dans la vie de tous les jours, nous faisons face à toutes sortes de demandes, de défis, de remises en question et de prises de décisions. Parfois, il nous arrive de nous lancer à bras ouverts et les yeux fermés dans un nouveau projet sans aucune hésitation. Tandis que d’autres fois, une bonne réflexion s’impose avant d’aller de l’avant avec une décision. Et dans le pire des cas, on y va vraiment à reculons, dans le seul but de faire plaisir à quelqu’un, pour rendre service ou parce qu’on a vraiment besoin de ce contrat pour faire de l’argent. Dans ces derniers exemples, on passe à l’action, mais on ne le fait vraiment pas pour soi ni pour les bonnes raisons. Mais pourquoi fait-on quelque chose qu’on n’a pas envie de faire ? Et si on disait non ?

Savoir dire non ? Savoir dire oui !

Côté perso :

Savoir dire non, c’est savoir se dire oui ! Oui, oui, vous avez bien lu ! Savoir dire non, ça vous donne de la place pour dire oui à quelque chose d’autre de souvent plus important pour vous, de plus intéressant ou qui vous tient plus à cœur. Il ne faut pas voir que le négatif quand on dit non. Lorsqu’on dit non à quelque chose, on dit oui à autre chose après tout ! Vrai ou faux ? Alors, on devrait simplement se faire confiance, prendre le temps de faire les bons choix, et ainsi choisir les bons « oui » et s’affirmer avec des « non » à l’occasion. Bon, OK, je sais que ce n’est pas toujours aussi simple de se dire oui, mais en prenant conscience de la situation à laquelle vous faites face, vous apprendrez peut-être à mieux vous dire… oui !

Côté affaires :

On se transporte maintenant dans le monde des affaires, et laissez-moi vous dire que ce n’est pas plus facile de dire non à un client. Je dirais même plus, ça prend pas mal de confiance en soi pour y arriver. Dans la vie d’un entrepreneur, la démarche de base se résume à : se faire de nouveaux clients, pour aller chercher de nouveaux contrats, pour faire rouler notre entreprise, pour ainsi faire de l’argent. Sans contrat, l’argent ne rentre pas, donc l’entreprise ne roule pas. L’équation est assez simple, non ?

Savoir dire non en affaires semble plus difficile que dans la vie personnelle. C’est vrai, en principe. Lorsqu’on se lance en affaires, on a souvent l’habitude de prendre tout ce qui passe ! Bon, ce n’est pas toujours la meilleure chose à faire, mais quand on commence, on commence. Quand on débute, on ne sait pas nécessairement comment dire non, on n’a pas encore les reins assez solides pour le faire. Selon notre confiance et notre cheminement, certains réussissent plus vite à mettre en pratique leurs techniques. Après quelques mauvaises expériences avec des clients abusifs ou mauvais payeurs, on découvre assez rapidement nos limites et on apprend à dire non !

Pourquoi dire non ?

Oui, des fois, il faut dire non… Mais pourquoi au juste ? Oh que ce n’est pas facile de dire ce mot, mais c’est comme tout… ça s’apprend ! Vous devez déterminer ce à quoi vous voulez dire oui et ce qui ne passe pas, dites non. Vous devez prendre confiance en vous, vous respecter et aller de l’avant avec vos choix. Donnez-vous une chance, essayez ! Vous verrez, ce n’est pas si pire que ça. Dans quelle circonstance devons-nous le faire ? Pour nous faire plaisir ? Pour passer avant les autres ? Pour prioriser un nouveau mandat ? Ou parce qu’on est débordé ? Bien honnêtement, vos raisons vous appartiennent. C’est à vous de définir vos limites. Que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle, personne n’est pareil et il n’y a pas de bonne réponse à cela.

Côté perso :

. La principale raison, et la plus importante de toutes, c’est d’abord de se respecter. On a toujours l’impression que de dire non, c’est négatif, c’est mal vu, c’est un refus, mais c’est faux. Savoir dire non à quelqu’un, à quelque chose, c’est savoir se dire oui à soi-même. Commencez toujours par vous demander si vous êtes bien dans une situation du genre. Est-ce que vous vous sentez bien ? Est-ce que vous avez le goût d’être avec cette personne ? Êtes-vous heureux dans le moment présent ? Si la réponse est oui, super ! Vous êtes sur la bonne voie. Par contre, si l’une des réponses est : bof, pas vraiment, je ne suis pas d’accord, etc., vous devriez prendre un temps d’arrêt pour réfléchir à tout cela. Pesez le pour et le contre. Énumérez les raisons qui vous poussent à le faire ou non. Et lorsque votre liste d’arguments est prête et que vous l’êtes tout autant, lancez-vous et dites non !

Il vous faudra apprendre à dire non à la bonne personne, au bon moment et pour la bonne raison. À ce moment-là, sans vous en rendre compte, vous direz oui… à la bonne personne, au bon moment et… pour la bonne raison ! C’est-tu pas beau, ça !

Quand on dit non… en affaires :

. Vous ne semblez pas être sur la même longueur d’onde avec un client potentiel ? Les premiers contacts ne se passent pas comme vous le voulez, ce n’est pas de bon augure. Dites non !

. Le mandat semble compliqué à gérer, les communications sont difficiles, partir du bon pied avec un client, c’est essentiel. Essayez de mettre de l’ordre là-dedans et d’être clair avec le client. Si le client ne fait pas son bout de chemin, vous dites non !

. Le client vous négocie déjà tout : vos prix sont trop chers, les délais irréalisables, la façon de réaliser le contrat n’est pas comme il le souhaite… mettez votre pied à terre, dites ce que vous allez faire ou ce que vous ne pouvez pas faire. Et sinon… vous commencez à savoir ce que vous devez faire !

. Le mandat offert ne correspond pas à votre offre de service. Ou celui-ci n’est tout simplement pas dans vos cordes, essayez de recommander une personne de confiance dans le domaine. De là l’importance de s’entourer de gens en lien avec votre entreprise pour les proposer au besoin. C’est bien de dire non, mais encore mieux d’aider quand on le peut.

. Vous êtes débordé, dans le « jus » total, vous ne pouvez pas réaliser le mandat d’un client, même s’il est intéressant. Encore une fois, avez-vous une personne qui pourrait faire le travail avec ou pour vous ? La sous-traitance est souvent une super option avant de dire non. Par contre, si vous n’avez pas de sous-traitant pour vous aider dans ce genre de situation, vous devez dire non ! Si vous vous surchargez, vous n’arriverez pas à fournir, vous remettrez votre travail en retard, les clients seront insatisfaits et ils ne feront plus affaire avec vous. Alors, dites-vous oui ou non ?

Comment dire non ?

Vous êtes prêt à dire non, génial, mais vous devez le faire comme il faut ! Pas question de se sauver en douce.

. Prenez le temps de réfléchir à la situation. Vous ne pourrez plus dire oui après. On ne revient jamais sur une décision. Non, c’est non !

. Soyez prêt à dire non ! Ayez des arguments en béton, et non des justifications. Vous avez le droit de dire non.

. Sur quel ton dit-on non ? Soyez toujours poli et respectueux avec la personne à qui vous dites non. Vous voulez garder un bon contact avec celle-ci.

. Par téléphone, courriel ou en personne ? À vous de voir quel est le meilleur moyen de communiquer avec la personne pour être clair et compris.

. On termine toujours notre échange sur une bonne note. Vous dites non cette fois-ci, mais ça ne veut pas dire que c’est non pour autre chose dans le futur.

Dans la vie perso comme en affaires, on ne peut pas plaire à tout le monde. Il faut apprendre de nos expériences, de nos choix, et prendre la responsabilité de nos actes. À vous de dire bien fort OUI aux beaux projets d’affaires, aux petits bonheurs que la vie vous apporte, à rendre service à quelqu’un dans le besoin et à votre chèque de paye durement gagné ! Et apprenez à dire non aux petites choses qui vous dérangent dans votre quotidien, à un client que vous ne supportez plus, à des gens qui abusent de votre générosité, aux mauvais payeurs. Assez ! Faites de la place au « oui »… le « non » s’enfuira en courant.

Référence de l’image à la une

80
PARTAGES