Comment rebondir d’un rejet à l’emploi ?

59
PARTAGES

Le rejet, qu’il soit sur le plan personnel ou professionnel, ce n’est pas toujours facile.

Qui n’a pas le souvenir d’un rejet, que ce soit dans le contexte d’une relation amoureuse (ouch !), d’une amitié et/ou même dans le domaine professionnel : un renvoi parce qu’on ne faisait pas l’affaire ou même un téléphone qui ne sonne pas après avoir effectué une tournée d’entrevues.

Et c’est souvent lorsqu’on y croyait, qu’on se projetait dans ce boulot, que ce type d’expérience vient sonner à notre porte. Et dans cette société qui glorifie la performance de toute part et la rapidité (rapidement trouver la maison, le boulot de rêve et j’en passe), il s’agit de situations difficiles à encaisser.

Le droit à l’erreur, à l’échec, a très (trop!) peu sa place.

Voyons comment nous pouvons prendre de la distance et, sans applaudir la situation, l’observer avec un brin de philosophie.

Ne laissez pas cet emploi vous définir

Malgré le fait qu’il soit difficile d’être rejeté d’un poste que l’on convoitait, tentez de ne pas laisser cette situation vous définir.

Si le téléphone n’a pas sonné, ou si vous recevez un courriel indiquant ne pas avoir été retenu, il est possible que vous preniez ce refus comme étant une représentation de la valeur que vous avez aux yeux des gens.

Plusieurs auront cette réflexion, ne vous en voulez pas, mais posez-vous ces questions si ce genre de pensées vous vient à l’esprit :

« Est-ce que je donne trop de pouvoir aux gens qui m’ont interviewé? »

« Est-ce eux et leurs décisions qui définissent la personne que je suis? »

« Sur quoi repose mon estime? »

travail

Il est certain qu’en vous posant ce genre de questions, vous arriverez fort probablement à revoir la situation.

Avec les années j’ai appris que mon estime doit aller au-delà de la décision d’un groupe de personnes. Vous avez de la valeur et vous êtes quelqu’un, seulement, cet emploi n’est peut-être tout simplement pas pour vous.

Il s’agit peut-être d’une question d’expérience, de connexion avec l’équipe, d’une différence dans la façon de percevoir le travail, etc. Pour en avoir le cœur net, vous pouvez leur demander les raisons qui les ont poussés à choisir un autre candidat, mais prenez ces réponses non pas comme une façon de tomber dans de l’autosabotage (« je le savais, je ne suis pas bon »), mais plutôt dans une démarche contribuant à votre évolution en général.

Tentez d’être constructif, même dans l’adversité. Cela dit, vivre des émotions comme la déception et le découragement est normal. Je vous invite, pour l’avoir vécu, à les laisser s’exprimer pour mieux aller de l’avant. L’acceptation comporte des phases.

Ce boulot, ce n’est pas LA chose la plus importante au monde

Dans ma vingtaine, je mettais mon travail sur un piédestal, mon identité se confondait avec ce que je faisais. Je remercie le début de ma trentaine et les expériences de la vie qui m’ont fait comprendre que ce n’est pas seulement ÇA.

Tout en ayant un plaisir infini dans ce que je fais, j’ai cessé d’idéaliser un emploi, un poste ou même un statut.

cafe

Car lorsque nous idéalisons un poste en particulier en recherche d’emploi, nous avons tendance à porter des œillères et à ne pas voir les autres opportunités autour de nous qui pourraient nous intéresser et nous ressembler.

N’oublions pas qu’il n’existe pas d’emplois parfaits et que si vous n’avez pas été retenu pour un poste, « ce n’est pas la fin du monde » ; il en existera d’autres qui, à ce moment en particulier, colleront peut-être mieux à vos besoins et ambitions.

Le travail, même s’il est essentiel pour s’épanouir et payer ses factures, ce n’est pas TOUT, c’est une partie de votre vie.

Voyez le processus d’entrevue comme quelque chose de positif

Lorsque vous essuyez un refus suite à une entrevue, il est possible que vous ayez l’impression d’avoir perdu du temps. À mon avis, la meilleure façon de tirer profit de votre processus d’entrevue est d’analyser ce que vous avez vécu et comment vous pouvez utiliser cette expérience pour améliorer vos prochaines rencontres et activités professionnelles.

À chaque entrevue, vous pratiquez vos compétences, vous sortez de votre zone de confort, vous vous mettez en danger. Quel travail sur soi !

espace

Et chaque entrevue est une rencontre de nouveaux humains, donc de nouvelles connexions professionnelles. Qui sait s’ils ne vous rappelleront pas pour un autre emploi au sein de cette même entreprise, ou même peut-être qu’un intervieweur qui se souviendra de vous en changeant d’emploi sera peut-être tenté de vous contacter ? La vie peut être surprenante !

Comme je le mentionnais en début d’article, n’hésitez pas à demander à l’employeur les raisons pour lesquelles ils ne vous ont pas choisi. S’ils ne sont pas tenus de le faire, cela ne signifie pas qu’ils ne répondront pas à votre demande.

Les intervieweurs sont dans une position unique pour voir vos compétences d’entrevue et de professionnalisme dans l’action, ils peuvent donc offrir un aperçu précieux sur la façon dont vous pouvez améliorer vos entrevues futures.

Alors, pourquoi ne pas en profiter ? Au pire, ils n’y répondront pas, et vous vous en porterez tout de même très bien.

La vie, comme tout ce que nous nous engageons à faire, est un processus. Voyez cette étape de recherche d’emploi comme un moment vous permettant d’apprendre sur vous et de construire votre expérience. Avec cette attitude, vous vous préparez à trouver un emploi qui vous ressemblera et qui vous stimulera, peu importe, ou vous trouverez. Soyez fier de vous, vous êtes sur la bonne voie!

Bonnes recherches!

Inspiré de l’article : How to Bounce Back from Job Rejection


Julie Thério – Fondatrice Bohos.ca

59
PARTAGES
Passionnée par les gens, l'art de vivre, le mouvement du corps et l’écriture, Julie se dédie à l'entrepreneuriat mode de vie par le biais de BOHOS.
BOHOS
BOHOSUne communauté et un blogue mode de vie qui a le désir d'insuffler aux jeunes femmes une vision libre, créative, amusante et forte au quotidien.
En savoir plus